Le nouveau Facebook n'a pas que des amis

France Culture
France Culture
Publicité

Le réseau social qui revendique désormais 800 millions de comptes, dont une vingtaine de millions en France, vient d’annoncer une série de nouveautés.

Un cap majeur selon nombre d'observateurs, avec une vision du web radicale.

Publicité

Ces changements entrent progressivement en place, comme normalement ce lundi « une frise chronologique » (Timeline, terme qui engendre un procès).

Mais beaucoup d'utilisateurs se plaignent déjà d’abus concernant leurs données privées. Alors qu' un blogueur australien vient de dénoncer deux cookies fonctionnant encore après déconnexion des utilisateurs, que Spotify a finalement proposé une option d'écoute privée pour que ses abonnés ne voient pas systématiquement leurs choix apparaître sur leur compte Facebook, (écoutez aussi Soft Power de ce dimanche) et que l'Union Européenne vient d'appeler les réseaux sociaux à protéger la vie privée des mineurs. Et sans oublier l' action envisagée par l'Electronic Privacy Information Center (EPIC) auprès de l'autorité de concurrence américaine (la Federal Trade Commission).

Un reportage d'Eric Chaverou .

> Ecoutez aussi différents longs entretiens à ce sujet :

- Alain Pannetrat est ingénieur expert au service de l'expertise de la CNIL depuis 4 ans, il exerce une veille technologique et explique aux juristes les évolutions qu'il observe (29/09) :


**- ** Journaliste spécialisé, Jacques Henno s'apprête à publier "Facebook et vos enfants, guide pratique" et "Silicon Valley-predateurs vallée ? : comment Apple, Facebook, Google et les autres s'emparent de nos données" ( éditions Télémaque). Il est aussi **conférencier ** sur ces thèmes dans des établissements scolaires ou des institutions (29/09) :


- Benoît Lebreau , 23 ans, a 600 amis sur son compte Facebook, qu'il a ouvert il y a quatre ans. Mais depuis quelques semaines, il ne le like plus trop (27/09) :

Enfin, des pirates informatiques se revendiquant des Anonymous ont annoncé début août vouloir "détruire" Facebook "pour le bien de la vie privée". Voilà leur message, dont certains doutent :

L'équipe