La créatrice de mode Hana Tajima mi 2015 au début de son travail avec Uniqlo
La créatrice de mode Hana Tajima mi 2015 au début de son travail avec Uniqlo
La créatrice de mode Hana Tajima mi 2015 au début de son travail avec Uniqlo
Publicité
Résumé

Faut-il boycotter les marques qui déclinent ce que l'on appelle "la mode pudique", parce que les vêtements proposés à la vente couvrent tout ce qui se trouve au dessus du genou et des cuisses? Étiquetée islamique, elle peut aussi séduire des femmes d'autres religions ou mal à l'aise avec leur corps.

avec :

Frédéric Monneyron (Écrivain et universitaire français, professeur de littérature et de sociologie de la mode à l’Université́ de Perpignan-Via Domitia).

En savoir plus

Ces derniers jours, cette "modest fashion" a fait polémique, avec notamment la ministre du Droit des femmes, Laurence Rossignol, qui a fustigé les marques vendant des vêtements islamiques estimant qu'elles étaient "irresponsables" et faisaient "d'un certain point de vue la promotion de l'enfermement du corps des femmes".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

S'en est suivi un appel au boycott par voie de presse d'Elisabeth Badinter. Manuel Valls soutenant cette "interview lumineuse". Alors que François Bayrou a refusé ce boycott.

Publicité

Selon le rapport Global Islamic Economy de Thomson Reuters, la « modest fashion »  pèse 230 milliards de dollars, et pourrait atteindre 327 milliards de dollars en 2020

En France, ce marché, dans lequel se sont aussi lancés H&M et Dolce & Gabbana, est en train de se structurer. Comme en témoigne le reportage d'Anne Fauquembergue.

Convertie à l'Islam, la blogueuse et créatrice de mode Hana Tajima évoque dans cet entretien avec la chaîne britannique Channel 4 sa vision de cette mode et sa collaboration avec la marque japonaise Uniqlo :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A lire aussi :

Cette tribune d'Amal, étudiante musulmane portant le foulard, sur France TV Info : "Mme Rossignol, je n'ai pas attendu Dolce & Gabbana pour porter un foulard" 

Et un focus sur les "Femmes voilées partagent secrets de mode et de beauté sur le web" (via Le Monde)