Un homme marche devant un graffiti de l'ETA à Saint Sébastien en Espagne
Un homme marche devant un graffiti de l'ETA à Saint Sébastien en Espagne
Un homme marche devant un graffiti de l'ETA à Saint Sébastien en Espagne ©AFP - Javi Julio  Andalolu Agency
Un homme marche devant un graffiti de l'ETA à Saint Sébastien en Espagne ©AFP - Javi Julio Andalolu Agency
Un homme marche devant un graffiti de l'ETA à Saint Sébastien en Espagne ©AFP - Javi Julio Andalolu Agency
Publicité
Résumé

Des militants oeuvrent pour le processus de paix entre l'ETA et les autorités, qui n'en finit plus de piétiner.

En savoir plus

Le processus de paix au Pays basque pourrait connaître une étape décisive ce samedi 8 avril : l'ETA pourrait en effet finir de rendre les armes grâce à des militants de la société civile, des "artisans de la paix", comme ils se surnomment eux-mêmes.

Ils se sont fait connaître le 16 décembre dernier, lorsqu'ils avaient été arrêtés opérant ce désarmement à Louhossoa, en plein coeur du Pays Basque. Alors qu'ils étaient en train de neutraliser des armes à feu du stock de l'ETA, la guardia civile espagnole et le RAID français les avaient arrêtés. Ils étaient pourtant connus pour leur engagement pacifique.

Publicité

Le reportage de Bixente Vrignon, de France Bleu Pays basque.

© Visactu
Références

L'équipe

Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration