Les débats se poursuivent devant le bar après 2h de réunion lundi soir
Les débats se poursuivent devant le bar après 2h de réunion lundi soir
Les débats se poursuivent devant le bar après 2h de réunion lundi soir ©Radio France - Sophie Delpont
Les débats se poursuivent devant le bar après 2h de réunion lundi soir ©Radio France - Sophie Delpont
Les débats se poursuivent devant le bar après 2h de réunion lundi soir ©Radio France - Sophie Delpont
Publicité
Résumé

Jean-Luc Mélenchon n'a donné aucune indication pour le second tour de l'élection présidentielle, laissant les adhérents se prononcer eux-mêmes sur une plateforme internet. Pour tenter de se décider, les Insoumis organisent des réunions. Sophie Delpont a suivi leurs débats à Saint-Ouen.

En savoir plus

Les "insoumis" participent depuis hier soir à une consultation sur internet pour formuler leur choix. Avec près de 19,56 % des voix au premier tour, les électeurs de la France insoumise constituent l'un des enjeux majeurs dans le duel du second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Trois options sont proposées dans cette consultation : "je vote blanc ou nul", "je vote Emmanuel Macron" ou "je m'abstiens". La possibilité d'un vote en faveur de Marine Le Pen "ne fait pas partie des options", martèle l'équipe de Jean-Luc Mélenchon.

Publicité

Sophie Delpont a suivi les débats d'une vingtaine d'adhérents de la France insoumise à Saint-Ouen, en banlieue parisienne.

Certains sont enseignants, d'autres travaillent dans des entreprises, d'autres encore sont employés communaux ou bien retraités, tous adhérents de la France insoumise. Ils sont réunis autour du référent du mouvement à St Ouen. Manon a 27 ans, elle est intermittente du spectacle. Elle pourrait s'abstenir le 7 mai prochain :

Un jeune sur trois a voté pour Jean-Luc Mélenchon et quand je vois que beaucoup veulent s'abstenir (...) Cette histoire de vote utile ne marche plus ! (...) Les gens n'ont plus peur parce qu'on sait très bien qu'en face, de manière économique, ça va être la mort aussi pour beaucoup avec Emmanuel Macron.

Martine, insoumise à St Ouen :

Je ne suis pas pour l'abstention. En plus, dans le programme de Jean-Luc, il me semble que l'idée c'était qu'il y ait une obligation d'aller voter (...) à partir de 16 ans (...) Donc je trouve que c'est un petit peu une contradiction si on s'abstient.

Vote blanc ou abstention sont les positions qui dominent autour de la table. Certains remettent en cause l'idée qu'Emmanuel Macron pourrait être un rempart face au FN. C'est le cas de Guillaume :

Sous François Hollande, le Front national a augmenté puisqu'il a fait 6,8 millions aux régionales et qu'il fait prêt de 8 millions d'électeurs là. Donc tous ceux qui sont des barrages au Front national sont en fait des pompiers pyromanes qui avec leurs politiques font monter vertigineusement le Front national.

A LIRE Le vote blanc obtient plus de voix que Jean Lassalle

Fabrice, lui, prône un vote Macron pour ne "prendre aucun risque" face au FN :

Par rapport à ce qu'est le fascisme, puisque je suis fils d'immigré polonais, je ne peux absolument pas laisser la moindre chance au fait de laisser passer Marine Le Pen.

Environ un tiers des adhérents présents ici se prononçait pour un vote Macron face au FN, en attendant le résultat de la consultation en ligne prévu mardi prochain.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'appels à l’abstention circulent et d'autres tentent de convaincre les potentiels abstentionnistes de votre contre le FN.

A ECOUTER Nicolas Vanderbiest analyse l'émergence du mot d'ordre #SansMoiLe7Mai sur Twitter

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A LIRE Macron - Le Pen : des programmes diamétralement opposés