Les unités dédiées en prison

La maison d'arrêt d'Osny qui accueille l'une des unités dédiées.
La maison d'arrêt d'Osny qui accueille l'une des unités dédiées. ©Radio France - Florence Sturm
La maison d'arrêt d'Osny qui accueille l'une des unités dédiées. ©Radio France - Florence Sturm
La maison d'arrêt d'Osny qui accueille l'une des unités dédiées. ©Radio France - Florence Sturm
Publicité

Il en existe 5, crées en début d'année, dans quatre établissements pénitentiaires. Ces unités pour détenus radicalisés inquiètent non seulement les syndicats pénitentiaires mais aussi les avocats des détenus concernés.

On les appelle désormais des Upra, Unités pour la Prévention de la Radicalisation. Ces 5 unités spéciales, créées en début d'année dans 4 établissements pénitentiaires et qui regroupent aujourd'hui une centaine de personnes, prévenues ou condamnées à de courtes peines pour des faits en relation avec le terrorisme islamiste. Ces unités sont devenus un sujet récurrent de débat ; plus encore depuis la très violente agression d'un surveillant par l'un des détenus à la maison d'arrêt d'Osny dans le Val d'Oise le 4 septembre dernier.

Le détenu en question a été mis en examen pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". Mais depuis l'inquiétude grandit chez les personnels pénitentiaires, même si de nouvelles mesures ont été décidées pour renforcer la sécurité et les programmes engagés sont arrêtés à Osny, suscitant aussi d'autres questionnements chez les avocats des détenus concernés.

Publicité

Reportage de Florence Sturm.

L'équipe