Jean-Pierre, devenu locataire grâce au programme "Un chez soi d'abord" (26/01/17)
Jean-Pierre, devenu locataire grâce au programme "Un chez soi d'abord" (26/01/17) ©Radio France - Aurélie Kieffer / France Culture
Jean-Pierre, devenu locataire grâce au programme "Un chez soi d'abord" (26/01/17) ©Radio France - Aurélie Kieffer / France Culture
Jean-Pierre, devenu locataire grâce au programme "Un chez soi d'abord" (26/01/17) ©Radio France - Aurélie Kieffer / France Culture
Publicité

A l'occasion du rapport sur le mal-logement de la fondation Abbé Pierre, zoom sur un programme qui permet à des personnes à la rue d'accéder directement à un vrai logement, sans passer par l'hébergement d'urgence.

La fondation Abbé Pierre présente aujourd’hui son rapport annuel sur l'état du mal-logement en France. Elle déplore la saturation du 115, le numéro d'urgence pour les personnes à la rue, et défend encore et toujours la doctrine du "logement d'abord" : celle qui consiste à fournir un vrai logement autonome à un sans abri, plutôt que de le faire entrer dans les circuits complexes de l'hébergement et de l'urgence. "Les premières expérimentations françaises de ce concept rencontrent un succès incontestable quand elles sont mises en oeuvre de façon satisfaisante" constate la fondation, qui appelle les pouvoirs publics à en tirer les leçons.

Ce matin, zoom sur le programme "Un chez soi d'abord" , porté par la DIHAL (délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement) . Inspiré d'un programme américain, il consiste à proposer un logement pérenne à des personnes sans domicile souffrant de troubles psychiques ou d'addictions, tout en les accompagnant selon leurs besoins.

Publicité

Dossier réalisé par Aurélie Kieffer

© Visactu

L'équipe

Micro France Culture
Micro France Culture
Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration