Pendant trois ans les artistes du Wonder ont réhabilité et occupé une friche à Saint- Ouen, avant sa démolition - Jehane Mahmoud
Pendant trois ans les artistes du Wonder ont réhabilité et occupé une friche à Saint- Ouen, avant sa démolition - Jehane Mahmoud
Pendant trois ans les artistes du Wonder ont réhabilité et occupé une friche à Saint- Ouen, avant sa démolition - Jehane Mahmoud
Publicité
Résumé

Comment tirer profit des temps de vacance des projets urbains, tout en aidant les acteurs artistiques et sociaux en leur proposant des locaux "bon marché" voire gratuits.

En savoir plus

L’équivalent de 44 tours Montparnasse. Voilà en gros ce que représentent les plus de 3 millions de m² de bureaux vacants en Ile de France. Des espaces souvent en attente d’être transformés ou détruits. Dans le même temps, des centaines d’associations, de jeunes entreprises ou d’artistes, aux finances incertaines, peinent à trouver des locaux.
Permettre à ces deux mondes de se rencontrer, et mettre à profit les périodes de transition entre deux projets immobiliers, voilà l’objet de l’urbanisme temporaire.

Les occupations temporaires, ce n'est pas nouveau. Mais le numérique et la crise économique ont accéléré les efforts pour faire de ces tentatives, une démarche, et concevoir un cadre rassurant pour tout le monde .
L'association Plateau urbain a pour objet de résorber la vacance immobilière : elle met en relation propriétaires et porteurs de projets.

Publicité

Et avec la Mairie de Paris, elle vient d'organiser une rencontre autour des expériences d'occupation temporaires, signe de l'intéret des acteurs privés comme publics pour la démarche

Reportage de Catherine Petillon

Références

L'équipe

Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration