Musée de l'Histoire de l'immigration, Paris
Musée de l'Histoire de l'immigration, Paris
Musée de l'Histoire de l'immigration, Paris
Musée de l'Histoire de l'immigration, Paris
Publicité

Comment préfigurer la nouvelle exposition permanente du Musée national de l’histoire de l’immigration ?

Avec
  • Patrick Boucheron Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle)
  • Delphine Diaz Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims, auteure de “En exil : les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours” (Folio Histoire Gallimard, octobre 2021)
  • Mathilde Larrère maître de conférences à l'université de Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de l'histoire des révolutions français du XIXe siècle et chroniqueuse pour Arrêt sur images et Mediapart

Installons à une terrasse de café, dans l’est parisien, à la Porte Dorée, mais en 1931. Nous commandons un Fernet-Branca, un picon-bière ou un Dubonnet (à consommer avec modération). Dans le poste de radio, nous entendons Berthe Sylva chanter La légende des flots bleus, puis Damia qui interpréter Le Grand Frisé. Tiens, puisque nous sommes en 1931, nous fredonnons J’ai des touches avec Mistinguett.

Surtout, nous admirons le bâtiment nouvellement construit pour la grande exposition coloniale : l’art déco, vraiment, c’est très beau… Ce palais accueille le musée des Colonies, avec une stèle sur laquelle est indiqué : « À la France colonisatrice et civilisatrice ». La foule se presse pour visiter l’exposition coloniale quand, à la radio Joséphine Becker chante Voulez-vous de ma Cannes à sucre ?

Publicité

Pourtant, il n’est pas question pour nous d’aller visiter l’exposition coloniale, même si nous restons à la Porte Dorée. Nous finissons notre verre et nous changeons de siècle : nous voici en 2019. Le palais est devenu Musée nationale de l’histoire de l’immigration et la nouvelle exposition permanente s’annonce passionnante : là, nous y allons !

A l'occasion de la parution de l'ouvrage collectif Faire musée d’une histoire commune. Rapport de préfiguration de la nouvelle exposition permanente du Musée national de l’histoire de l’immigration, sous la direction de Romain Bertrand et Patrick Boucheron, paru aux éditions du Seuil. Nous recevons aujourd'hui Patrick Boucheron, professeur au Collège de France et Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, qui a participé à la coordination du rapport. 

Je ne suis en rien spécialiste de ces questions et j'ai eu beaucoup de bonheur et de fierté, je dois le dire, de rassembler grâce à Romain Bertrand 40, historiennes et historiens mais pas seulement, des géographes, des démographes, des historiennes et historiens de l'art qui ont travaillé. Une nouvelle génération, c'est extraordinaire de voir ça, parce que d'une certaine manière, ça contraste tellement avec la pauvreté du débat politique. Ça, il faut le dire. Et justement, un des apports de cette historiographie, c'est de le décrocher de l'histoire coloniale, de montrer comment cette histoire est plus complexe, plus foisonnante. On a voulu faire un Ellis Island à la française, c'était ça la première  intention. Ça supposait aussi de faire de ce musée un centre de ressources. Au début, ça s'appelait la Cité de l'immigration et au fond, en rassemblant des données de la recherche récente, ce n'est rien d'autre que cela le rapport, mais qui propose déjà un parcours, et bien on tente au fond d'assagir la frénésie du discours politique par un peu de savoir. Patrick Boucheron

Nous accueillerons également Mathilde Larrère, pour son almanach révolutionnaire : Il était une fois les révolutions, Éditions du détour, 2019, Paris. Mathilde Larrère est historienne spécialiste du XIXème siècle et des révolutions, elle enseigne à l'Université de Marne-la-Vallée et anime des chroniques d'histoire pour le site Arrêt sur images; elle dirige avec Laurence De Cock la rubrique " L'histoire n'est pas un roman" dans Politis.

Sons diffusés : 

Archives : 

  • François Hollande, lors de l'inauguration du Musée de l'histoire de l'immigration, le 15/12/2014
  • « L’immigration en Limousin » sur France 3 Limoges, le 24/01/1977
  • Daniel Cohn-Bendit dans « Le tribunal des flagrants délires » de Claude Villiers sur France Inter en 1982

Extrait de film : SOS Méditerranée : le bateau citoyen de Sébastien Mesquida et Yann Le Gleau, Arte, 15/06/2017

Musiques : 

  • La vida negra (aquarius) par ABD AL MALIK
  • Revolution par The Beatles 
  • Le chant des partisans par Germaine Sablon 
  • Revolution par Nina Simone
  • We shall overcome par Pete Seeger 

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Camille André
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée