Dans "À l’ombre de l’histoire des autres", Camille Lefebvre part sur les traces de ses grands-parents d'Odessa au Maghreb en passant par l’Espagne franquiste.
Dans "À l’ombre de l’histoire des autres", Camille Lefebvre part sur les traces de ses grands-parents d'Odessa au Maghreb en passant par l’Espagne franquiste. - ©Pauline Rousseau, Les Rendez-vous de l'histoire
Dans "À l’ombre de l’histoire des autres", Camille Lefebvre part sur les traces de ses grands-parents d'Odessa au Maghreb en passant par l’Espagne franquiste. - ©Pauline Rousseau, Les Rendez-vous de l'histoire
Dans "À l’ombre de l’histoire des autres", Camille Lefebvre part sur les traces de ses grands-parents d'Odessa au Maghreb en passant par l’Espagne franquiste. - ©Pauline Rousseau, Les Rendez-vous de l'histoire
Publicité

D’Odessa au Maghreb en passant par l’Espagne franquiste, l’historienne Camille Lefebvre part sur les traces de ses grands-parents dans une vaste enquête entre témoignages oraux, archives personnelles et secrets de famille.

Avec
  • Camille Lefebvre Historienne, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l'Afrique saharosahélienne aux XIXe et XXe siècles

Écrire l’histoire des siens : Odessa, Kichinev, Paris ; Oran, Sidi-Bel-Abbès, Paris ; Grainville, Rouen, Mont-Saint-Aignan, Paris ; Madrid, Bordeaux, Burgos, Paris : c’est un voyage dans lequel chaque étape porte une histoire. D’ailleurs, le voyage lui-même est une histoire, mais ce sont surtout les voyageurs et les voyageuses, ces émigrés, ces immigrés – autant de destins – qui racontent une histoire, personnelle, familiale, dans laquelle Camille Lefebvre, historienne, part à la rencontre de ses grands-parents.

Simone est la fille de bouchers normands, Paul vient d’une famille de Juifs algériens, les parents de Catherine ont émigré d’Odessa au début du XXe siècle pour échapper à la montée des violences antisémites et Mariano est un jeune militant communiste qui fuit l’Espagne franquiste. Malgré des trajectoires extrêmement différentes, ils se retrouvent tous les quatre à Paris dans les années 1950. Simone rencontre Mariano et Catherine rencontre Paul. Ce sont les quatre grands-parents de l’historienne Camille Lefebvre, qui se propose de retracer ces récits de vie : "J’étais une petite fille qui adorait fouiller dans les tiroirs, trouver des vieux carnets, des lettres écrites par mes grands-parents. C’est devenu un métier : ce qui m’intéressait, c’était ce que les différents États et institutions avaient conservé de leur histoire. Je me suis toujours posée la question de la relation entre l’histoire individuelle, celle de ma famille, et cette grande histoire qui était aussi présente dans mon quotidien."

Publicité
47 min

Si à première vue tout oppose ces quatre destins, des thématiques communes se font jour et esquissent une histoire plus globale des mutations du XXe siècle. L’arrivée en ville, l’accès de toute une génération aux études supérieures, l’oubli volontaire de la langue natale pour devenir "le plus Français possible", la judéité et les persécutions antisémites, l’attrait pour le communisme, sont autant d’expériences communes.

En croisant enquêtes orales, archives administratives et écrits autobiographiques, Camille Lefebvre interroge les collisions entre des vies ordinaires et les événements extraordinaires du siècle dernier. L'historienne évoque l'histoire traumatique de sa famille qui "avait laissé des silences, des vides (...). (J'ai) voulu remplir ces silences pour essayer de les comprendre. (…) Quand on va dans les archives, on ne trouve pas toujours ce que les gens ont raconté, on a des surprises. L’archive donne une autre image des personnes qu’on a connues. Parfois on cherche, parfois on ne trouve pas. C’est historiographiquement intéressant de suivre les gens dans cette matérialité de l’exil". La chercheuse estime que "le questionnement de la documentation est la base du métier d’historien et de la méthodologie historique. L’archive officielle, institutionnelle, n’est pas plus vraie qu’un témoignage".

58 min

Notre invitée

Camille Lefebvre est directrice de recherche au CNRS et directrice d'étude à l'EHESS, spécialiste de l’histoire de l'Afrique saharo-sahélienne aux XIXe et XXe siècles.

Bibliographie

Références sonores

  • Archive de Françoise Dolto dans Lorsque l'Enfant paraît, France Inter, 2004
  • Archive de l'institutrice Suzanne Giraud, ORTF, 10 août 1966
  • Archive d'Enrico Macias en concert dans l'émission Les Juifs d'Algérie, ORTF, 16 décembre 1968
  • Archive de Marguerite Duras à propos de Paul Seban dans l'émission Cinéma vérité, France Culture, 16 mars 1966
  • Chanson Ma Normandie par François Brunet, 2008
  • Archive de la Fête de l'humanité, Ciné-Archives, 1953

Générique de l'émission : Origami de Rone