Premier débarquement de Christophe Colomb en Amérique, Dióscoro Puebla, 1862
Premier débarquement de Christophe Colomb en Amérique, Dióscoro Puebla, 1862 - Museo del Prado
Premier débarquement de Christophe Colomb en Amérique, Dióscoro Puebla, 1862 - Museo del Prado
Premier débarquement de Christophe Colomb en Amérique, Dióscoro Puebla, 1862 - Museo del Prado
Publicité

Pour les Européens, l’année 1492 marque la "découverte" du "Nouveau monde". Or, des millions d’Amérindiens occupent déjà ce qui ne s'appelle pas encore l'Amérique. En quoi la rencontre entre deux mondes a-t-elle permis une découverte mutuelle, tout en préfigurant des conséquences dévastatrices ?

Avec
  • Bertrand Van Ruymbeke Historien et américaniste, professeur de civilisation américaine à l'Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Carmen Bernand historienne et anthopologue, professeur à Paris X-Nanterre

Le 12 octobre 1492, sur une petite île des Caraïbes, les Indiens Taïnos ont-ils conscience que leur monde bascule ? D'ailleurs, de leur côté, que pensent ces étranges navigateurs qui débarquent ? Il est certain en revanche que, ce jour-là, en Europe, en Asie, en Afrique, personne n’imagine encore le bouleversement du monde et les destins brisés qui s’annoncent.

"La découverte du Nouveau Monde"

Le 12 octobre 1492 , dans la brume matinale, trois caravelles approchent de l'île de Guanahanie. Christophe Colomb et son équipage pensent avoir atteint ce que l'Amiral génois appelle les Indes orientales, après plus de deux mois de navigation sur les eaux de l'Atlantique.

Publicité

Si ce n'est pas la première fois que des Européens foulent le sol de ce qui ne s'appelle pas encore l'Amérique – les vikings ont atteint Terre-Neuve vers l'an mille – l'événement fait date : il scelle le début d'un demi-siècle de conquête où une poignée de conquistadors s'approprient d'immenses territoires amérindiens.

"Les Indiens n'avaient jamais vu d'embarcations de cette taille. Ils étaient curieux et je crois que cette curiosité est la clé de la conquête (...). Pour les Indiens qui ont des panthéons et plusieurs dieux, ces navigateurs européens qui arrivent sur leur terre ne peuvent être que des sortes d'êtres surnaturels. Ils sont bizarres, ils sont habillés d'une façon très curieuse, ils ont du fer qui brille, ils ont des tissus différents, on ne peut que les regarder avec un certain respect. Après les choses changent, même si cette attitude va demeurer chez les Mexicains et les Incas", nous dit l'historienne Carmen Bernand.

Les conséquences de cette "découverte"

"Pour les Anglais, au XVIIe siècle, l'Amérique, c'est cette idée de paradis terrestre, les lieux sont perçus comme vides où on peut construire une utopie religieuse (...). Ensuite on observe une espèce de mutation ou le Nouveau Monde devient une terre à fructifier et à exploiter. Au tournant du XVIIIe siècle, on va vouloir construire des sociétés agricoles qui produisent pour la métropole. Ce n'est plus le paradis terrestre ni l'utopie religieuse, il faut que cette terre rapporte", explique l'historien Bertrand Van Ruymbeke.

Si la colonisation apparaît pour certains comme l'émergence de nouvelles opportunités commerciales, scientifiques ou religieuses, ses conséquences se révèlent avant tout dévastatrices : circulation des pathogènes, expulsion des terres, massacres, traite transatlantique et esclavage.

"Colomb réduit en esclavage des Taïnos et d'autres peuples. Néanmoins en 1511, la première protestation des dominicains qui dénoncent une pratique contraire à tout chrétien permet de stopper l'esclavage. Les lois des Indes apparaissent et durent jusqu'au XIXe siècle", nous dit Carmen Bernand.

Bertrand Van Ruymbeke ajoute à son tour : "Qu'on oublie souvent que les Amérindiens ont été mis en esclavage, surtout en Virginie, en Caroline du Sud et en Georgie, jusque dans les années 1720".

Comment s'est déroulée la rencontre entre les Espagnols et les populations amérindiennes le 12 octobre 1492 ? Dans quelle mesure a-t-elle inauguré une période de découvertes mutuelles ? Quel a été l'impact de la "découverte du Nouveau Monde" sur les déportations des populations africaines, réduites en esclavage ? Est-il juste d'affirmer que la conquête européenne du continent américain préfigure l'occidentalisation du monde que nous connaissons aujourd'hui ?

Pour en parler

Carmen Bernand est anthropologue et historienne, professeure émérite de l'Université Paris Nanterre et membre de l'Institut universitaire de France. Elle étudie les représentations du malheur et du corps, ainsi que les métissages culturels.

Elle a notamment publié :

Bertrand Van Ruymbeke est historien et angliciste, professeur de civilisation américaine à l'Université de Paris 8 Vincennes - Saint-Denis et membre senior de l'Institut universitaire de France. Il est spécialiste des Treize colonies, de l'empire britannique dans l'espace atlantique et aux Amériques, et de la Révolution américaine.

Il a notamment publié :

Sons diffusés dans l'émission

  • Extrait du film 1492 : Christophe Colomb réalisé par Ridley Scott en 1992 avec Gérard Depardieu qui joue Christophe Colomb
  • Archive à propos du cartographe Mathias Ringmann sur France 3 Grand Est le 12 février 1991
  • Extrait du film Aguirre, la colère de Dieu réalisé par Werner Herzog en 1972
  • Extrait du film Les conquérants d'un nouveau monde réalisé par Cecil B. DeMille en 1947
  • Extrait de la série Racines réalisée par Marvin J. Chomsky, John Erman, Gilbert Moses et David Greene en 1977
  • Extrait du film La flèche brisée réalisé par Delmer Daves en 1950

Générique de l'émission : Origami de Rone