Flagellants dans la ville néerlandaise de Tournai (Doornik), 1349. Chromolithographie d'après Chronica Aegidii Li Muisius. ©Getty - Print Collector
Flagellants dans la ville néerlandaise de Tournai (Doornik), 1349. Chromolithographie d'après Chronica Aegidii Li Muisius. ©Getty - Print Collector
Flagellants dans la ville néerlandaise de Tournai (Doornik), 1349. Chromolithographie d'après Chronica Aegidii Li Muisius. ©Getty - Print Collector
Publicité
Résumé

En 1347, la peste arrive en Europe et s’y propage par épisodes jusqu’au XVIIIe siècle. Si les médecins ne parviennent pas à guérir les malades, comment leur influence a-t-elle été renforcée et comment la terrible peste a-t-elle donné naissance aux premières politiques de santé publique ?

avec :

Stéphane Barry (Historien), Danielle Jacquart (Historienne, spécialiste de la science et de la médecine au Moyen Âge).

En savoir plus

Ce jour-là, il y avait une puce qui se trouvait sur un rat, lui-même sur un navire. Le navire, le rat et la puce arrivèrent en Europe et c’est ainsi que débute une épidémie de peste. Elle ne fait pas de quartier, tout le monde est touché quels que soient l’âge, le sexe et la fortune. Elle ne fait Pas-de-Calais, non plus, car dans la ville de Béthune, la confrérie des Charitables de Béthune est fondée au XIIe siècle, lors de la grande épidémie de peste pour accompagner les familles pendant leur deuil.

L'organisation des villes en temps de peste

En 1347, les échanges commerciaux amènent la peste en Europe. La puce du rat transporte le bacille de la peste de l’Asie jusqu'à l'Europe. De la cité de Caffa sur les rives de la mer Noire, pont entre l’Orient et l’Occident, des navires pestiférés s’élancent vers les villes européennes médiévales. Venise et Gênes en Italie, puis Marseille sont bientôt touchées.

Publicité

S'ils ne parviennent pas à soigner la maladie, les médecins se révèlent aux yeux du politique. Bien souvent, ils préviennent de l’avancée de l’épidémie. Les premières politiques sanitaires sont rapidement mises en place au niveau local comme international, dont certaines isolent et restreignent les mouvements.

"Avec la peste, c’est tout un système qui se met en place et qui perdure pendant trois siècles. Les autorités savent que la maladie approche, demandent l’isolement, contrôlent les arrivées dans la cité pour éviter qu’elle ne soit infectée. En effet, une ville pestiférée, c'est une ville qui meurt économiquement, ce qu'il y a de plus terrible pour elle", explique l'historien Stéphane Barry.

"Les systèmes de contrôle sont très coercitifs, je l'ai vu très clairement à Bordeaux. Des personnes s’occupent de contrôler ce qui se passe dans le quartier, dont la paroisse, et l’on vérifie les venues des étrangers dans les auberges, l'état des drogues pour se préparer si la peste arrive, en ayant recours aux apothicaires. Des bureaux de santé se mettent progressivement en place avec des capitaines de santé, des officiers spécifiques. En temps de peste, Venise le met en place quasiment tout de suite. Pour les villes, et notamment à Bordeaux, sont créés les règlements et statuts pour le temps de peste", ajoute Stéphane Barry.

58 min

Le regard des contemporains sur les origines de l'épidémie

À défaut de guérir les malades, les médecins vantent la prévention. Dès lors, l’hygiène individuelle, comme celle des villes, devient un objet de préoccupation pour les autorités.

"L'air est au centre des discussions des médecins. Il est considéré comme corrompu dans sa substance parce que tout le système médiéval théorique est fondé sur le mélange et l'antagonisme des qualités premières de froid, de sec et d’humide. Or il ne s’agit pas d’une altération des qualités, c'est une corruption dans la substance. Petit à petit, les médecins ajoutent, ce qui n'est pas faux, que l’air est aussi altéré dans ses qualités, c’est-à-dire que les saisons et le climat ont aussi un rôle à jouer", décrypte l'historienne Danielle Jacquart"De plus, sous l'effet d'un grand intérêt pour les poisons, certains médecins considèrent que l'air est empoisonné. Il y a donc un parallèle entre cette corruption de l'air et un empoisonnement. Cela donne lieu à des discussions médicales théoriques très intéressantes et, d’une certaine manière, à de la recherche."

Malgré la menace perpétuelle des épisodes de peste qui s’étalent jusqu’au XVIIIe siècle et pèsent sur les esprits des individus, la société reste résiliente. Cependant, ni la médecine, ni l’Église, ne parviennent à apaiser les angoisses de certains face à la méconnaissance des origines de la peste et les populations cherchent des boucs émissaires. D'aucuns accusent les juifs, les étrangers, d’empoisonner les puits et d’amener la terrible maladie.

Comment la peste a-t-elle permis l’émergence de politiques de santé publique ? Quelles étaient les politiques sanitaires mises en place en temps de peste ? Que nous apprend la peste sur les réactions humaines face aux pandémies ?

28 min

Pour en parler

Stéphane Barry est docteur en histoire moderne et contemporaine de l’Université de Bordeaux, Président de l’association Le Café Historique.

Il a notamment publié :

Danielle Jacquart est historienne, directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), à la section des Sciences historiques et philologiques pour l’histoire des sciences au Moyen Âge.

Elle a notamment publié :

  • La Médecine médiévale dans le cadre parisien, XIVe - XVe siècle (Fayard, 1998)
  • La Médecine arabe et l’Occident médiéval (avec Françoise Micheau, Maisonneuve-et-Larose, 1990)
  • Sexualité et savoir médical au Moyen Âge (avec Claude Thomasset, Presses universitaires de France, 1985)
  • Le Milieu médical en France du XIIe au XVe siècle (Droz, 1981)

Sons diffusés dans l'émission

  • Archive à propos de la traditionnelle procession des Charitables de Saint-Éloi dans Les Actualités françaises le 12 décembre 1946
  • Extrait de l'émission Allô Docteurs avec le conservateur du patrimoine aux archives départementales des Bouches-du-Rhône Claude Herrera, diffusée sur France 5 en 2014
  • Extrait de l'épisode "Le Fléau de Dieu" de la série télévisée Thierry La Fronde diffusé le 24 novembre 1963 sur l'ORTF
  • Extraits du film Benedetta réalisé par Paul Verhoeven et sorti en 2021
  • Extrait de la chanson Danse macabre par Georges Chelon
  • Archive de l'émission Histoire des gens, "La Peste", diffusée sur l'ORTF le 26 octobre 1974
  • Extrait de la chanson La peste en épidémie par Léo Ferré

Générique de l'émission : Origami de Rone

Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Maïwenn Guiziou
Production déléguée
Jeanne Delecroix
Collaboration
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Shirley Adélaïde
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Clémentine Ducasse
Collaboration
Margaux Viel
Collaboration