Portrait de Jean-François Champollion peint par Mme de Rumilly, 1823
Portrait de Jean-François Champollion peint par Mme de Rumilly, 1823
Portrait de Jean-François Champollion peint par Mme de Rumilly, 1823 ©Getty - Fine Art Images / Heritage Images
Portrait de Jean-François Champollion peint par Mme de Rumilly, 1823 ©Getty - Fine Art Images / Heritage Images
Portrait de Jean-François Champollion peint par Mme de Rumilly, 1823 ©Getty - Fine Art Images / Heritage Images
Publicité
Résumé

En 1822, Jean-François Champollion, égyptologue prodige de trente-deux ans, perçait le secret des hiéroglyphes. Comment cette découverte révolutionnaire a-t-elle permis de renouveler les connaissances sur l'Égypte ancienne et de fonder l'égyptologie moderne ?

avec :

Vanessa Desclaux (Curatrice), Karine Madrigal (Égyptologue, chargée de l’inventaire et de l’étude du fonds Champollion conservé aux archives départementales de l’Isère).

En savoir plus

En 1822, Jean-François Champollion déchiffre les hiéroglyphes : il est évident que, sur les murs des temples égyptiens, sur les sarcophages de momies, sur les obélisques, ces petits dessins ne sont pas là pour faire joli : il s’agit bien d’une écriture ! Pourquoi Champollion ? Pourquoi en 1822 ? L’histoire aurait-elle été possible sans Jacques-Joseph, son frère, et sans la pierre de Rosette ?

Le 27 septembre 1822, Jean-François Champollion fait paraître sa Lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques. Ce texte rend public la découverte du jeune égyptologue de trente-deux ans : le déchiffrement des hiéroglyphes. En plus du grec, du latin, de l’arabe, de l’araméen et du syriaque, Champollion connaît le copte. Il comprend que cette langue, dérivée de l’égyptien ancien avec un alphabet grec enrichi de sept lettres, va lui permettre de percer le secret des hiéroglyphes grâce à un habile jeu de correspondances. Il traduit le texte grec de la pierre de Rosette en copte, s’attarde surtout sur les cartouches et essaie ensuite de rapprocher cette traduction des signes hiéroglyphiques.

Publicité

À lire aussi : Champollion, enfant prodige et génie romantique

La découverte de Champollion est une révolution. Elle intervient dans un contexte bien particulier : depuis la campagne d’Égypte, la France est en proie à l’égyptomanie. L’archéologie et la muséologie sont des savoirs de plus en plus codifiés et le monde savant du début du XIXe siècle se passionne pour les civilisations lointaines.

Comment les hiéroglyphes étaient-ils considérés avant la découverte de Champollion ? Le parcours intellectuel du jeune égyptologue doit-il être considéré comme celui d’un homme des Lumières ? Comment le déchiffrement des hiéroglyphes est-il accueilli ? Comment cette découverte a-t-elle permis de renouveler l’état des connaissances sur la vie religieuse, culturelle et politique de l’Égypte ancienne ?

À lire aussi : Comment les hiéroglyphes ont-ils été déchiffrés ?

Pour en parler

Karine Madrigal est égyptologue, chargée de l’inventaire et de l’étude du fonds Champollion conservé aux archives départementales de l’Isère. Elle est professeure de civilisation égyptienne et d’épigraphie à l’université inter-âge du Dauphiné (UIAD) et à l’université intercommunale du Grésivaudan (UICG).

Elle a notamment publié :

Vanessa Desclaux est égyptologue, chargée de la collection des Manuscrits Égypte antique, Proche-Orient chrétien et des Papiers d'orientalistes de la Bibliothèque nationale de France. Elle est co-commissaire avec Guillemette Andreu-Lanoë et Hélène Virenque de l'exposition L'aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes du 12 avril au 24 juillet 2022 à la Bibliothèque nationale de France à Paris.

Sons diffusés dans l'émission

  • Archive sur la ville de Figeac évoquée dans les Actualités Midi Pyrénées le 15 mai 1965
  • Lecture par Daniel Kenigsberg d'une lettre du frère aîné Jacques-Joseph Champollion-Figeac à Jean-François Champollion le 7 juillet 1809
  • Archive sur Champollion et la pierre de Rosette dans l'émission Du haut de ces pyramides : Égyptologie du 12 août 1969 par l'ORTF
  • Chanson Walk Like an Egyptian par The Bangles
  • Lecture par Daniel Kenigsberg de la Lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques de Jean-François Champollion, 1822