Philosophe faisant un exposé sur le planétaire, Joseph Wright of Derby, 1766
Philosophe faisant un exposé sur le planétaire, Joseph Wright of Derby, 1766
Philosophe faisant un exposé sur le planétaire, Joseph Wright of Derby, 1766 - Richard Tailby / Domaine public / Wikimedia Commons
Philosophe faisant un exposé sur le planétaire, Joseph Wright of Derby, 1766 - Richard Tailby / Domaine public / Wikimedia Commons
Philosophe faisant un exposé sur le planétaire, Joseph Wright of Derby, 1766 - Richard Tailby / Domaine public / Wikimedia Commons
Publicité
Résumé

Une révolution pédagogique est à l'œuvre au XVIIIe siècle. Les penseurs des Lumières rediscutent les pratiques éducatives et la relation maître-élève. Les méthodes d’enseignement, grâce aux expériences scientifiques ludiques, font la part belle à l’éveil de la curiosité et au goût du travail.

avec :

Stéphane Van Damme (Professeur d’histoire moderne à l’ENS).

En savoir plus

En 1738, l’abbé Nollet publie son Programme ou Idée générale d'un cours de physique expérimentale, avec un catalogue raisonné des instruments. Nous y trouvons des expériences sur la solidité et la porosité des corps, sur la mobilité et la compression, sur la pesanteur et sur l’équilibre. Maître de physique et d’histoire naturelle des enfants du roi Louis XV, Jean-Antoine Nollet est de ces personnes qui ont contribué à faire rayonner la science avec des instruments de physiques incroyables, pour découvrir et apprendre, entre amusement et étonnement, sur la lumière, le feu, les couleurs. Dès lors, pourquoi ne pas électrifier une brochette de gardes royaux qui se tiennent par la main ! C’est une histoire électrisante, tout en couleur, et en Lumières !

L'enfant, un être à façonner

Le siècle des Lumières, c’est bien connu, est une période de bouillonnement intellectuel où des penseurs s’attachent à libérer l’esprit humain des oppressions religieuses et politiques, et où les représentations s’infléchissent pour placer l’individu au centre du monde. Qu’en est-il de l’enfant et de son éducation ?

Publicité

"L'Anglais John Locke, dans ses pensées sur l'éducation à la fin du XVIIe siècle, remet au cœur des apprentissages l'idée de raison, explique l’historien Stéphane Van Damme. Il fait de l'enfant, selon son expression, une page blanche sur laquelle on peut écrire."

Au XVIIIe siècle, en effet, les idées portées par les philosophes des Lumières - la raison, le progrès ou encore la perfectibilité de l’homme - modifient profondément la façon d’envisager l’éducation des enfants. D’adulte miniature, l’enfant devient un être à part entière, avec ses spécificités. De savant déversant son savoir, le maître devient une nouvelle figure paternelle dotée d’un véritable art pédagogique. De relation de domination, l’éducation devient un contrat entre l’élève et le maître fondé sur la confiance, qui laisse le champ libre à la liberté et à l’individualité de l’enfant.

Pour Josiane Morel, spécialiste des relations éducatives au siècle des Lumières, "il y a la volonté de faire fleurir la raison dans l'esprit de l'enfant à travers le biais du cœur. On respecte également l’idée de latence, c'est-à-dire le besoin chronologique". Le programme éducatif déployé par Jean-Jacques Rousseau dans l'Émile, par exemple, cherche à "développer la singularité de chaque enfant qu'il respecte pleinement à travers sa chronologie".

Toutes ces réflexions théoriques sur l’éducation sont-elles mises en pratique ? Quelle place nouvelle tient l’enseignement des sciences dans cette nouvelle grammaire pédagogique ?

Sphère armillaire
Sphère armillaire
- ASEISTE
Pyromètre à cadran Arsandaux. Microscope de Magny. Double cône de l’Abbé Nollet. Graphomètre.
Pyromètre à cadran Arsandaux. Microscope de Magny. Double cône de l’Abbé Nollet. Graphomètre.
- ASEISTE / Musée Lorrain de Nancy / Lycée Alain Fournier de Bourges
Aimant naturel armé. Microscope de Magny.
Aimant naturel armé. Microscope de Magny.
- École Polytechnique Palaiseau / Musée Lorrain de Nancy

Nos invité·e·s

Stéphane Van Damme est professeur d’histoire moderne. Il occupe une chaire d’histoire transnationale de l’Europe moderne au sein du département d’histoire de l’ENS. Il a notamment publié :

Josiane Morel est enseignante et formatrice à l'Université Clermont-Auvergne, responsable du master "Métiers de l'éducation, de l'enseignement et de la formation pour le second degré". Agrégée de lettres modernes, elle est docteure en Littérature et langue françaises du XVIIIe siècle. Elle a notamment publié :

Jacques Cattelin est professeur agrégé de sciences physiques. Il a enseigné la physique-chimie en collège et à l’école supérieure des Beaux-Arts de Tours. Spécialiste des instruments scientifiques anciens, il a été vice-président de l’ASEISTE (Association de sauvegarde et d’étude des instruments scientifiques et techniques de l’enseignement). Il est l’auteur de La Belle Histoire de la physique (avec Christelle Langrand, De Boeck, 2017).

L'exposition Enseigner la physique, tout un art ! est à découvrir jusqu'au 6 mars 2022 au Musée Bernard d'Agesci à Niort.

Sons diffusés dans l'émission

  • Lecture par Vanda Benes : Émile ou de l’éducation, livre second, de Jean-Jacques Rousseau, 1762
  • Extrait : film P.R.O.F.S. de Patrick Schulmann, 1985
  • Archive : Abbé Nollet évoqué par Fernand Lot dans Heure de culture française - France Culture, 15 décembre 1967
  • Lecture par Vanda Benes : De l’Esprit des lois, dans Œuvres complètes de Montesquieu, 1748
  • Musique : "Fantaisie pédagogique" par Les Quatre Barbus - Album : La Pince à linge, label : Rym Musique, 1997
  • Extrait : reportage sur l'exposition Enseigner la physique... tout un art ! au musée Bernard d'Agesci à Niort
  • Archive : Gaston Bachelard sur l'histoire des sciences dans Heure de culture française - France Culture, 1er janvier 1948
Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Jeanne Delecroix
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Marion Dupont
Collaboration
Sophie-Catherine Gallet
Production déléguée
Maïwenn Guiziou
Production déléguée