Émile Zola, mort pour ses idées ? : épisode 1/4 du podcast Liberté d’expression, une histoire

Carte postale représentant Zola au Panthéon, 1907
Carte postale représentant Zola au Panthéon, 1907 ©Getty - Ville de Paris / BHVP
Carte postale représentant Zola au Panthéon, 1907 ©Getty - Ville de Paris / BHVP
Carte postale représentant Zola au Panthéon, 1907 ©Getty - Ville de Paris / BHVP
Publicité

Le matin du 29 septembre 1902, Émile Zola est retrouvé mort dans sa chambre à coucher, asphyxié à l’oxyde de carbone. Pourtant, de troublantes révélations survenues un demi-siècle plus tard sèment le doute : n’était-ce vraiment qu’un accident ?

Avec
  • Alain Pagès Historien de la littérature, professeur émérite à l'Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3
  • Alina Nastase Gonzalez Docteure en littérature française et didactique, enseignante à l’Université de Caen
  • Martine Leblond-Zola Arrière-petite-fille d’Émile Zola, vice-présidente de l'association Maison Zola-Musée Dreyfus

"La mort d’ Émile Zola, épouvantable accident", titre Le Petit Bleu de Paris le 30 septembre 1902. Le même jour, c’est "Mort tragique d’Émile Zola" pour Le Français, "Mort dramatique" pour Le Matin. Quand Le Soir annonce "La vérité sur la mort de Zola", L’Aurore, en trouble sobriété, titre sur six colonnes à la Une : "Émile Zola". La veille, l’écrivain était retrouvé mort, asphyxié à son domicile. L’émotion est immense.

L’affaire Zola, une mort énigmatique

La mort d’Émile Zola, le 29 septembre 1902, provoque une immense émotion. La presse nationale et internationale rend hommage à ce romancier de génie disparu à l’âge de 62 ans. Pourtant, le souvenir de l’affaire Dreyfus est encore vivace, et certains journaux, à l’instar de La Croix ou La Libre Parole raillent un "fait divers naturaliste" et vont jusqu’à lancer la rumeur d’un suicide… L’atmosphère est sous haute tension, au point qu’Alexandrine, la veuve de l’écrivain, déconseille à Alfred Dreyfus de se rendre aux obsèques qui ont lieu quelques jours plus tard, le 5 octobre. Il vient pourtant, et l’immense cortège où se pressent nombre d’ouvriers vibre au rythme de l’oraison funèbre écrite et prononcée par Anatole France.

Publicité

Une panthéonisation qui fait polémique

Six ans plus tard, en juin 1908, les cendres d’Émile Zola sont transférées au Panthéon. Là encore, la tension est à son comble : les débats parlementaires sont houleux et opposent notamment Jean Jaurès et Gaston Doumergue à Maurice Barrès. Une communauté antidreyfusarde et plusieurs courants de l’extrême-droite s’offusquent qu’un "traître", selon leurs mots, entre au Panthéon. La cérémonie a pourtant lieu, grandiose et solennelle, jusqu’à ce qu’elle soit interrompue par un bruit de coup de feu : Alfred Dreyfus s’est fait tirer dessus. Le coupable, un journaliste, Louis Grégori, est rapidement arrêté. Sous pression des groupes d’extrême-droite, il est finalement acquitté. L'historien de la littérature Alain Pagès explique pourquoi Zola est un intellectuel : "Il génère, avec son J'accuse, des pétitions. Ce mouvement des intellectuels surgit avec le J'accuse. Zola est à l'avant, et les autres vont l'accompagner. Ce qui est beau dans la figure de Zola, c'est le fait qu'il assume parfaitement le procès. Il assume sa condamnation et il ne reviendra jamais en arrière".

À réécouter : Hommages pour le cinquantième anniversaire de la mort de Zola (Date d'enregistrement : 01/01/1952 Chaîne Nationale)
Les Nuits de France Culture
22 min

L'hypothèse d'un assassinat politique

Le coup de théâtre suivant n’intervient qu’un demi-siècle plus tard. En 1953, le journaliste Jean Bedel fait paraître une série d’articles : un pharmacien normand du nom de Pierre Hacquin lui a confié que bien des années auparavant, en 1928, un homme dont le nom est d’abord tenu secret lui aurait avoué : "Hacquin, je vais vous dire comment Zola est mort. (…) Zola a été asphyxié volontairement. C’est nous qui avons bouché la cheminée de son appartement".

L’arrière-petite-fille d’Émile Zola, Martine Leblond-Zola, pense que "l'hypothèse d'un assassinat politique est crédible par rapport à l'hypothèse d'un accident. Cependant, comme il n'y a aucune preuve réelle, la mort de Zola reste un mystère. Madame Zola ne voulait pas faire d'enquête car elle ne souhaitait pas relancer un scandale. Elle avait demandé à Alfred Dreyfus de ne pas être présent aux obsèques de Zola et à Anatole France de ne pas évoquer l'affaire Dreyfus au cours de son discours". Alors, Zola a-t-il été assassiné ? Le climat politique du début des années 1900 corrobore-t-il cette hypothèse ?

Pour en parler

Alain Pagès est historien de la littérature, spécialiste de l’œuvre d’Émile Zola et professeur émérite à l'Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3.
Il a notamment publié :

  • Guide Émile Zola (co-écrit avec Owen Morgan, Ellipses, 2002, réédition 2016)
  • L’Affaire Dreyfus. Vérités et légendes (Perrin, 2019)
  • Le Paris d’Émile Zola (Éditions Alexandrines, 2016)
  • Relire "La Fortune des Rougon" (co-écrit avec Pierre Glaudes, Classiques Garnier, 2015)
  • Zola et le groupe de Médan. Histoire d’un cercle littéraire (Perrin, 2014)
  • Émile Zola. De "J’accuse" au Panthéon (Éditions Lucien Souny, 2008)
  • Mort de Zola. Un rideau de fumée, dans Les Énigmes de l’histoire de France (sous la direction de Jean-Christian Petitfils, Perrin, 2018)

Martine Leblond-Zola est l’arrière-petite-fille d’Émile Zola et vice-présidente de l'association Maison Zola-Musée Dreyfus.

Alina Nastase Gonzalez est docteure en littérature française et didactique et enseignante à l’Université de Caen.
Elle a notamment publié sa thèse L'Institutionnalisation d'Émile Zola dans les manuels scolaires de lycée au XXe siècle. Étude de réception (sous la direction d'Henri Scepi et soutenue en 2012).

Pour aller plus loin

Alina Nastase Gonzalez a adapté le roman "La Bête humaine" en jeux vidéo avec la participation de ses étudiants en classe de BTS : "ils ont développé un prototype, ont fouillé dans les dossiers préparatoires du roman et ont lu à l'endroit et à l'envers 'La Bête humaine'. Ils ont cohabité avec ma passion pour Zola en travaillant sur des récits sur la vie du romancier et sur des documents d'enquête pour comprendre la façon dont il concevait ses romans".

Archives diffusées

  • "Émile Zola a-t-il été assassiné ?" dans la Tribune de Paris, ORTF, 1954
  • Jean Bedel à propos de l'assassinat d'Émile Zola dans Le Journal d'un siècle, 1985
  • Extrait d'Émile Zola ou la conscience humaine, avec Jean Topart, 1978
  • Jean Sennep évoque le transfert des cendres d'Émile Zola au Panthéon, ORTF, 1949
  • Jules Romains s'exprime sur les circonstances de la mort d'Émile Zola, RTF, 1952
  • Souvenirs personnels de Jacques Zola sur son père Émile Zola, ORTF, 1949
  • Jean-Claude Leblond-Zola à propos de Medan, France Culture, 1980

Générique de l'émission : Origami de Rone

Le Pourquoi du comment : histoire

Toutes les chroniques de Gérard Noiriel sont à écouter ici.

L'équipe