L'écrivain Didier Daeninckx pose le 28 février 2007 à Aubervilliers.
L'écrivain Didier Daeninckx pose le 28 février 2007 à Aubervilliers. ©AFP - Martin Bureau
L'écrivain Didier Daeninckx pose le 28 février 2007 à Aubervilliers. ©AFP - Martin Bureau
L'écrivain Didier Daeninckx pose le 28 février 2007 à Aubervilliers. ©AFP - Martin Bureau
Publicité

Dans ses romans, l'écrivain Didier Daeninckx n'a de cesse de mêler faits historiques et fiction pour interroger le passé. Il revient sur son histoire familiale, terreau de son œuvre et de ses engagements.

Avec

Fou d’histoire, pour donner la parole à ceux et à celles qui ne sont pas historiens, pas historiennes, mais qui transmettent l’histoire, qui se construisent par l’histoire, et qui portent un regard sur le passé. Des Meurtres pour mémoires au Roman noir de l’histoire, des Nazis dans le métro au Cannibale à Vincennes, l’œuvre de Didier Daeninckx est imbibée d’histoire, la nôtre bien sûr, la sienne aussi, personnelle, familiale. Fou d’histoire, car il faut souvent tourner la tête en arrière pour regarder vers l’avant !

Écrire pour enquêter sur les zones grises de l'histoire

Il aurait pu être historien mais a choisi la force de la littérature pour faire ressurgir les événements du passé. Des fusillés pour l’exemple durant la Grande guerre, aux Kanak exposés dans des zoos humains en 1931, l’écrivain Didier Daeninckx utilise le roman noir pour enquêter sur les zones grises de notre histoire.

Publicité

"Le roman est un des seuls vecteurs qui permet de déchirer le voile d'hypocrisie. On compte ensuite sur notre meilleur allié, le temps, qui valide ce qu'on a écrit ou le met à la poubelle. Meurtres pour mémoire a été interdit dans certains lycées français quand il est paru en 1983. Il créait de la zizanie, car il mettait en cause Maurice Papon qui n'avait pas encore été jugé. Il a été condamné en 1998. Aujourd'hui, le même livre est conseillé à la lecture et présenté au bac. La littérature, c'est l'urgence et comment côtoyer l'éternité", rapporte Didier Daeninckx.

"J'ai toujours pensé que les figurants faisaient l'histoire. Dans le cinéma des années 1930-1950, s'il n'y a pas de personnages comme ceux de Carette ou de Dalban, le film s'effondre. Même si Jean Gabin est au milieu de l'écran, sans eux, l'histoire est incomplète et ne nous intéresse pas. Ces figurants sont d'une importance capitale. On le voit dans les films de Renoir. Tous ces films-là parlent de ce qu'on appelle le peuple", confie Didier Daeninckx.

Écrire contre l'oubli

Bercé par les idéaux communistes durant son enfance, Didier Daeninckx reste marqué par l’affaire de la station de métro Charonne où une voisine venue manifester contre l’OAS et la guerre d’Algérie trouve la mort. "En oubliant le passé, on se condamne à le revivre", voici l’idée qui l'a amené depuis son premier roman à dénoncer sans relâche la colonisation, le négationnisme, le racisme et le clientélisme.

"L'histoire cogne partout, surtout dans la famille et ses silences. Qu'est-ce qu'ont fait les parents, les grands-parents pendant la guerre ? Le silence fait qu'il y a toute une série d'interrogations, de fantasmes. Certaines personnes se satisfont du silence. Moi, j'ai essayé de soulever un petit peu les tentures pour aller voir dans les temps passés", raconte Didier Daeninckx"Un de mes grands-pères était déserteur en 1917 et a fait les travaux forcés. Le second était une énigme pour moi. Il était maire communiste de Stains dans les années 1930, au moment du Front populaire, et conseiller général de la Seine. Moi, je le connaissais de mes vacances en Charente-Maritime où il était paysan. Je vais mettre des dizaines d'années à comprendre ce qu'il s'est passé pour lui. Maire communiste en 1939, il a refusé le pacte germano-soviétique et ainsi, il s'est mis en dehors de son parti."

L’enfant d’Aubervilliers, Didier Daeninckx est notre invité dans Fou d’histoire.

Notre invité

Didier Daeninckx est écrivain, auteur de romans policiers, de nouvelles et d'essais.

Bibliographie sélective

Références sonores

  • Musique Gentils enfants d'Aubervilliers chantée par Germaine Montero, paroles de Jacques Prévert, musique de Joseph Kosma (1946)
  • Archive à propos du travail du typographe diffusée sur l'ORTF en 1963
  • Archive d'une lecture par Alain Fromager de L'Établi de Robert Linhart (1978) diffusée sur France Culture en 2018
  • Musique Banlieue rouge par Renaud, 1981
  • Archive du reportage 20 ans après Charonne dans le Journal de 13h d'Antenne 2 en 1982
  • Extrait du documentaire Sauvages, au cœur des zoos humains de Pascal Blanchard et Bruno Victor-Pujebet, avec la voix d'Abd Al Malik (2018)

Générique de l'émission : Origami de Rone

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anna Grumbach
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Production déléguée
Jeanne Delecroix
Collaboration
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Clément Nouguier
Réalisation