« Le départ pour le Djihad ou la Guerre Sainte », extrait du livre « La Vie de Mohammed, prophète d'Allah » d'Étienne Dinet et Sliman Ben Ibrahim, 1918
« Le départ pour le Djihad ou la Guerre Sainte », extrait du livre « La Vie de Mohammed, prophète d'Allah » d'Étienne Dinet et Sliman Ben Ibrahim, 1918 ©Getty - Ann Ronan Pictures / Print Collector
« Le départ pour le Djihad ou la Guerre Sainte », extrait du livre « La Vie de Mohammed, prophète d'Allah » d'Étienne Dinet et Sliman Ben Ibrahim, 1918 ©Getty - Ann Ronan Pictures / Print Collector
« Le départ pour le Djihad ou la Guerre Sainte », extrait du livre « La Vie de Mohammed, prophète d'Allah » d'Étienne Dinet et Sliman Ben Ibrahim, 1918 ©Getty - Ann Ronan Pictures / Print Collector
Publicité

Quelques mois après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l'Empire ottoman, allié de l'Allemagne, lance un appel au djihad. Pour comprendre l'histoire de la guerre spirituelle, remontons le temps jusqu'à l'émergence de la théorie du djihad au Moyen Âge et interrogeons les textes sacrés.

Avec
  • Anne-Marie Eddé Historienne médiéviste, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Jean-Yves Le Naour Historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale, scénariste de bandes dessinées et de films documentaires

Comment l'Allemagne a poussé l'Empire ottoman à lancer le djihad en 1914 ? Le 23 novembre 1914, le journal L’Intransigeant prévient : "Les Allemand se moquent autant de Constantinople que de Cracovie. Étranges alliés. (…) La proclamation de la guerre sainte par le sultan, si elle est vraie comme le prétendent les Allemands, semble de peu d’effet. La guerre sainte (djihâd) n’est, en effet, obligatoire pour les musulmans que lorsqu’elle est défensive". Pourquoi fut-ce un échec ? Sans doute parce que l’Allemagne n’avait pas mesuré ce qu’est la guerre sainte pour les musulmans. D’ailleurs, qu'est-ce que le djihad ?

Le terme djihad est forgé à partir de la racine arabe jhd qui désigne l'effort. Initialement, le djihad que définit le Prophète et que codifie le droit musulman est une soumission totale de l'âme à Dieu, une lutte soutenue contre soi-même pour devenir le meilleur musulman possible et venir à bout de ses vices. Par extension, cet effort vise à tout mettre en œuvre pour favoriser la diffusion de l'islam à travers le monde et pour défendre le monde musulman des assauts extérieurs, si besoin par la violence. L’histoire médiévale du monde islamique est traversée par ces djihads, parfois agressifs, souvent offensifs, qui acquièrent peu à peu le statut d’idéologie militaire et religieuse, et à laquelle les fidèles sont sensibilisés par les oulémas.

Publicité

À l’époque contemporaine, la puissance symbolique du djihad n’a pas faibli. L’empereur allemand Guillaume II, fortement imprégné d’orientalisme, en a bien conscience et choisit en 1914 de pousser son allié ottoman à lancer un appel au djihad. Cette manœuvre assurerait à l’Empire ottoman un grand retour sur la scène géopolitique internationale, en même temps qu’elle permettrait de déstabiliser les puissances de la Triple Entente en encourageant leur empire colonial à se retourner contre elles. Seulement, en ce début de XXe siècle, le fait national l’emporte bien souvent sur le fait religieux et ce djihad se solde par un échec cuisant. Comment le djihad, de ses premières codifications médiévales à l’époque contemporaine, a-t-il constitué un outil défensif et offensif de premier choix pour le monde musulman ? Comment l’axe germano-turc a-t-il tenté de donner des airs de guerre de religion à la Première Guerre mondiale ?

Pour en parler

Anne-Marie Eddé est historienne médiéviste, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Proche-Orient et des croisades. 
Elle a notamment publié :

Jean-Yves Le Naour est docteur en histoire, spécialiste de la Première Guerre mondiale et du XXe siècle. Il est également scénariste de bandes dessinées et de films documentaires. Il dirige la collection L’Histoire comme un roman chez Larousse depuis 2009.
Il a notamment publié :

Références sonores

  • Extrait du film Richard Cœur de Lion (King Richard and the Crusaders) de David Butler, 1954
  • Lecture d’un modèle de sermon incitant au djihad, proposé sous le règne de Saladin (1174-1193) par al-Tarsūsī, "Le paradis à l’ombre des sabres" : discours sur le jihad à l’époque de Saladin, dans une traduction de Anne-Marie Eddé
  • Archive sur la guerre sainte dans Actualités 20h, TF1, 26 novembre 1979
  • Chanson Istanbul par Jacques Hélian et son orchestre
  • Lecture par Daniel Kenigsberg de la proclamation de la Guerre Sainte (Djihad) à Constantinople, novembre 1914
  • Lecture par Daniel Kenigsberg de La Guerre sociale de Gustave Hervé, 1914
  • Archive de l'historien militaire suisse Jean-Jacques Langendorf sur Lawrence d'Arabie dans "Le rêveur de jour" de René Farabet, 1969

Générique de l'émission : Origami de Rone