Mort de Kean, "duc des Bulgares et des Slaves" dans la "Chronicon Pictum", 1358-1373 - Auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons
Mort de Kean, "duc des Bulgares et des Slaves" dans la "Chronicon Pictum", 1358-1373 - Auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons
Mort de Kean, "duc des Bulgares et des Slaves" dans la "Chronicon Pictum", 1358-1373 - Auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons
Publicité
Résumé

De nos jours, la période médiévale est perçue comme un âge d'or par le récit national hongrois. Décryptage de l'Europe centrale au Moyen Âge, entre conquête magyare, christianisation et invasion des Mongols.

avec :

Marie-Madeleine de Cevins (Professeure d’histoire du Moyen Âge à l’université Rennes 2 et membre senior de l’Institut Universitaire de France).

En savoir plus

Hongrie, une histoire au cœur de l'Europe centrale. En 1891, Raoul Chélard, diplomate, traducteur du hongrois au Ministère des affaires étrangères, fait paraître La Hongrie contemporaine (celle de 1891). Il explique : "on a commencé en France à s'occuper sérieusement de la connaissance des pays étrangers." Mais, pour la Hongrie, beaucoup considèrent "qu'il faut d'abord défricher, explorer et rendre cultivable, une espèce de terre vierge où tout manque et où le commerce se heurte, comme dans beaucoup de pays de l'Orient, contre le manque de voies de communication [...]. Erreur ! dit-il. Pendant que nous avons été en admiration devant le développement prodigieux des deux Amériques, le même phénomène se produisait presque à nos portes [...]. Parmi les pays d'Europe les moins connus ou plutôt les plus mal connus chez nous, figure, comme étant le plus proche, en première ligne, la Hongrie.

Les Huns et les Hongrois, une parenté inventée

En 2012, sur une plaine de Hongrie, quatre-vingt mille personnes ont participé à une manifestation festive réunissant les représentants des peuples descendants ou parents des Huns. Des Huns en Hongrie ? Oui ! Au milieu du Ve siècle, menés par Attila, les Huns ont en effet avancé en Europe aussi loin qu’Orléans à l’ouest et jusqu’à la plaine du Pô au sud. Pour autant, les Huns et les Hongrois sont-ils parents ? L’hypothèse est en tous cas avancée dès le milieu du XIIIe siècle par des historiens hongrois, soucieux d’affirmer leur différence face aux puissances occidentales. "Certains chroniqueurs hongrois, à partir du XIIe siècle, commencent à utiliser eux-mêmes cette assimilation entre Huns et Hongrois pour en tirer une forme de fierté : 'vous voyez comme nous sommes forts' et surtout, 'vous admettez que nous sommes en Hongrie parce que nous avons récupéré l'héritage de nos ancêtres huns'." développe l'historienne médiéviste Marie-Madeleine de Cevins

Publicité

Aujourd’hui, c’est dans la même optique que le nationalisme hongrois revendique l’origine orientale des Hongrois. L’histoire de la Hongrie, et notamment son histoire médiévale, font l’objet d’une exploitation intensive par des dirigeants politiques peu scrupuleux de la vérité historique. Face à cette instrumentalisation, et pour nous aider à mieux connaître l’histoire de ce pays si central, des médiévistes ont mené un travail colossal. D’où viennent les Magyars ? Comment ont-ils conquis le bassin carpatique ? Qui est Étienne Ier, premier roi chrétien de Hongrie ? Et quelles sont les conséquences de l’invasion mongole de 1241-1242 ? Notre invitée, Marie-Madeleine de Cevins, démystifie le passé médiéval de la Hongrie.

Étienne Ier, figure fondatrice

Couronné roi en l'an 1000 ou 1001, Étienne Ier a été le premier à tenter de réconcilier les mœurs et les croyances hongroises avec le christianisme qui dominait aussi bien du côté occidental avec l'Empire franc que du côté oriental avec Byzance. Marie-Madeleine de Cevins explique les transformations qu'entraîne la fondation, en trois décennies seulement, du royaume : "Étienne a aussitôt créé un certain nombre de comitats [sortes de départements, ndlr.], des diocèses, une monnaie. Il a établi une législation, ce qui, pour les Hongrois qui ont une tradition orale, était en soi une véritable révolution." Considéré comme le grand évangélisateur de la Hongrie, Étienne est canonisé en 1083.

Au XIIIe siècle, du temps de l'invasion des Mongols, se forge l'idée que la Hongrie est un "bouclier de la foi", un rempart de la chrétienté. "Il y a cette idée que il faut se protéger, se prémunir contre ces peuples non seulement parce qu'ils sont agressifs, mais aussi parce qu'ils sont païens." explique Marie-Madeleine de Cevins. Cette phraséologie est progressivement reprise avec l'arrivée des Ottomans à la fin du Moyen Âge.

En savoir plus : Attila et les Huns
58 min

Intervenante

Marie-Madeleine de Cevins est professeure d’histoire du Moyen Âge à l’université Rennes 2, membre senior de l’Institut Universitaire de France et directrice de l'unité de recherche en sciences historiques Tempora. Elle consacre ses recherches à l’histoire religieuse, sociale et culturelle de l’Europe centrale – en particulier de la Hongrie – dans les derniers siècles du Moyen Âge. Elle a notamment publié Saint Étienne de Hongrie (Fayard, 2004), Les Franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (Istituto storico dei Cappuccini, 2008), L’Europe centrale au Moyen Âge (Presses universitaires de Rennes, 2013), Mathias Corvin. Un roi pour l’Europe centrale (Les Indes savantes, 2016), Confraternity, Mendicant Orders, and Salvation in the Middle Ages : The Contribution of the Hungarian Sources (c. 1270–c. 1530) (Brepols, 2018, publié également en hongrois). Elle a codirigé Les Saints et leur culte en Europe centrale au Moyen Âge (XIe-début du XVIe siècle) (Turnhout, 2017) et L’Économie des couvents mendiants en Europe centrale (v.1220-v.1550) (Presses universitaires de Rennes, 2018). Elle a dirigé l’ouvrage Démystifier l’Europe centrale. Bohême, Hongrie et Pologne du VIIe au XVIe siècle (Passés composés, 2021), un dictionnaire historique de l’Europe centrale au Moyen Âge élaboré avec une centaine d’auteurs.

Références sonores

  • Archive d'une conférence sur la Hongrie - RTF, 3 mars 1959
  • Extrait de la série Kaamelott d'Alexandre Astier, Livre III, épisode 17
  • Extrait du film Attila, le fléau de Dieu de Pietro Francisci, 1954
  • Archive sur les fêtes de saint Étienne en Hongrie dans le Journal - Actualités françaises, 23 janvier 1947
  • Lecture d'extraits traduits en français de la Loi fondamentale (Alaptörvény) de l’État hongrois (2011) par Marc Henri Boisse
  • Musique "Je vais à Budapest" par Kolompar Mihaly et Sztojka Istvan
  • Lecture de l'Épitre en forme de lamentation sur la destruction du royaume de Hongrie par les Tatars de Maître Roger (v. 1243-1244) par Marc Henri Boisse
Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Jeanne Delecroix
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Sophie-Catherine Gallet
Production déléguée
Maïwenn Guiziou
Production déléguée
Anna Grumbach
Collaboration