Débat télévisé entre Richard Nixon et John F. Kennedy pour l'élection présidentielle de 1960 ©Getty - Corbis
Débat télévisé entre Richard Nixon et John F. Kennedy pour l'élection présidentielle de 1960 ©Getty - Corbis
Débat télévisé entre Richard Nixon et John F. Kennedy pour l'élection présidentielle de 1960 ©Getty - Corbis
Publicité
Résumé

Le 26 septembre 1960, Richard Nixon et John Fitzgerald Kennedy, candidats à l'élection présidentielle américaine, s'affrontent lors d'un débat télévisé. Entre théorie marketing et stratégie de l'image, comment ce débat mythique a-t-il imposé un genre nouveau à la communication politique ?

avec :

Christian Delporte (Historien des médias, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Romain Huret (Historien, spécialiste des États-Unis).

En savoir plus

Le 26 septembre 1960, Richard Nixon et John Fitzgerald Kennedy, candidats à l'élection présidentielle aux États-Unis, s'affrontent lors d'un débat télévisé. Ils parlent théorie, stratégie, politique. L'image prime : l'un est jeune, beau, svelte ; l'autre a l'air nerveux, un peu pâle. Commence l'histoire d'une lutte politique, un duel cathodique aux échos internationaux.

Un duel d'image

Affiches, actualités cinématographiques, campagne télévisée, l’image est primordiale dans l’élection présidentielle de 1960 aux Etats-Unis : "La communication politique prend forme aux États-Unis à partir des années 1950, lorsque les grands sièges publicitaires se transforment en outil de communication politique, explique l’historien Christian Delporte. Il n'est plus question qu'un candidat, quelles que soient les élections, ne s'entoure pas de spécialistes de la communication, de publicitaires, de sociologues, etc.".

Publicité

Le soir du 26 septembre 1960, des millions d’Américains suivent le débat télévisé qui oppose Richard Nixon à John Fitzgerald Kennedy. Cette rencontre représente un moment inédit dans la vie politique du pays. Pourtant, cet échange n’est pas encore construit comme une confrontation : les deux candidats à la Maison-Blanche, séparés par un journaliste-modérateur, sont installés dans un fauteuil muni d’une tablette et se lèvent vers un pupitre à chaque nouvelle question posée par l’un des trois journalistes qui leur font face.

À ce moment-là, Richard Nixon est le grand favori de l’élection. "C'est l'ancien vice-président, il a une expérience internationale, il est très connu dans le pays", rappelle Romain Huret, historien des États-Unis. "Face à lui, on a un candidat que peu de gens connaissent alors, John Kennedy. Les choses changent en quelques jours, en quelques semaines". En effet, John Kennedy parvient ce soir-là à renverser la vapeur et à s’imposer comme le grand vainqueur du débat. Mieux préparé, visiblement plus en forme et plus serein, il parvient à donner l’image de sérieux et de solidité qui pouvait encore lui faire défaut. Face à lui, Richard Nixon semble fatigué, nerveux, et un peu terne dans son costume gris qui se confond avec le décor. "(Richard Nixon) est une superstar de la vie politique. Son seul problème, c'est son problème d'image, qu'il a toujours eu. Les démocrates lui font très chèrement payer. Les caricaturistes et les chansonniers s'amusent de son drôle de corps : il a des problèmes de pilosité, il n'est pas extrêmement séduisant, il est assez désagréable. De caricature en caricature, de chanson en chanson, on se moque très souvent de son corps et de ses manières de faire, décrit Romain Huret. Curieusement, la représentation fictionnelle trouve une étrange réalité en ce soir du 26 septembre. Nixon ressemble terriblement à sa caricature, avec des conséquences très douloureuses pour lui".

Un débat devenu mythique

Dans l'histoire de la communication politique en général, et de l'élection américaine de 1960, le rôle des sondages n’est pas à négliger. Au sortir d’un débat télévisé, il n’est pas toujours aisé de savoir qui l’emporte. Apparaît alors la nécessité de mesurer le ressenti des téléspectateurs. Or ces sondages renforcent l’idée que le duel cathodique de 1960 a marqué un tournant : "(Les sondages) orientent tous les commentaires du lendemain, du surlendemain, des jours suivants. Il n'y a pas photo, pour le dire trivialement, constate Christian Delporte. Selon Gallup, 42 % des personnes interrogées pensent que Kennedy l'a emporté, contre 23 % pour Nixon, les autres 29 % pensant qu'ils sont à égalité. C'est très net, tous les sondages sont d'accord là-dessus, au point qu’on (se demande) à terme si ce ne serait pas le débat qui aurait fait gagner Kennedy, et si la télévision ne fait pas l'élection. Se crée là, autour du débat du 26 septembre 1960, un véritable mythe sur l'événement télévisuel qui peut faire basculer une élection".

Ce débat, devenu mythique, a souvent été présenté comme un moment charnière de la vie politique du pays, et comme le point de départ d’une "Kennedymania" qui a secoué l’Amérique. Pourtant, il serait exagéré de considérer que ce seul débat a précipité la défaite de Richard Nixon. Cela serait oublier que le scrutin final a été extrêmement serré, avec un faible écart de 112 000 voix en faveur de John Kennedy, mais aussi que le sénateur bénéficiait d’autres avantages conséquents, au nombre desquels se trouvent une communication politique très bien rodée, une image d’ancien combattant héroïque et de mari idéal, mais aussi une politique d’engagement en faveur des droits civiques qui a su lui apporter le soutien de nombreux électeurs.

Alors, que représente vraiment la mythique rencontre Nixon/Kennedy du 26 septembre 1960 dans l’histoire du débat télévisé et de la communication politique ? Pourquoi cet échange marque-t-il davantage l’entrée de la politique américaine dans l’ère médiatique que la victoire incontestable de John Kennedy sur Richard Nixon ?

59 min

Pour en parler

Christian Delporte est professeur émérite d'histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et directeur du Temps des médias. Il est spécialiste de l’histoire des images et de la communication politique. Il a notamment publié :

Romain Huret est historien, spécialiste des États-Unis et directeur d’études à l’EHESS. Il a notamment publié :

Sons diffusés dans l'émission

  • Archive sur John Kennedy, candidat à la succession d'Eisenhower, dans le Journal Les Actualités françaises le 20 juillet 1960
  • Archive de John Gallup dans l'émission Cinq colonnes à la une le 4 novembre 1960
  • Archive de John Kennedy dans l'émission Cinq colonnes à la une le 2 septembre 1960
  • Archive de la présentation d'un débat entre Michel Debré et Gaston Defferre sur l'ORTF le 14 novembre 1966
  • Montage d'archives de Georges Marchais, Jacques Chirac puis François Mitterrand qui évoquent successivement les sondages
  • Montage d'archives des débats présidentiels de 1974, 1981 et 1988

Générique de l'émission : Origami de Rone

Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Maïwenn Guiziou
Production déléguée
Pauline Marragou
Collaboration
Jeanne Delecroix
Collaboration
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration