Artistes de Cro-Magnon peignant à Font-de-Gaume par  Charles R. Knight, 1920. (Wikimédia)
Artistes de Cro-Magnon peignant à Font-de-Gaume par Charles R. Knight, 1920. (Wikimédia)
Artistes de Cro-Magnon peignant à Font-de-Gaume par  Charles R. Knight, 1920. (Wikimédia)
Artistes de Cro-Magnon peignant à Font-de-Gaume par Charles R. Knight, 1920. (Wikimédia)
Artistes de Cro-Magnon peignant à Font-de-Gaume par Charles R. Knight, 1920. (Wikimédia)
Publicité
Résumé

Le mot "préhistoire" a été forgé au XIXe siècle pour désigner le lointain passé des humains. Depuis, la connaissance de cette période ne cesse de s’affiner. La préhistoire en dit beaucoup de notre passé, mais aussi de ceux qui l'explorent.

avec :

Sophie Archambault de Beaune (professeur à l’université Jean Moulin Lyon 3 et chercheur au laboratoire Archéologie et Sciences de l’Antiquité, à Nanterre).

En savoir plus

Fascinante préhistoire ! Elle nous conduit dans les temps lointains de l’humanité. Pourtant, la Préhistoire n’aurait-elle que deux cents ans ? Autrement dit, ne serait-elle une idée du XIXe siècle ? Quand s’impose l’idée d’un Préhistoire, surgissent de virulents débats. Ils sont portés par de grands savants, Geoffroy Saint-Hilaire ou Georges Cuvier, et de gentils amateurs, tels Bouvard et Pécuchet chez Flaubert. L’étude de la préhistoire en dit surtout beaucoup de ceux qui l’étudient. 

Avant le XIXe siècle,dans une lecture religieuse, c’est la Genèse qui détermine l’âge de la Terre, fixé à 6 000 ans. Les avancées en géologie et en paléontologie bouleversent ces certitudes et donnent une profondeur inédite au temps. Les travaux sur l’évolution, la multiplication des cabinets de curiosité et des jardins d'acclimatation ainsi que l’évolution sans pareille des sciences naturelles créent un climat d’effervescence autour de ces découvertes. Bientôt, la question des débuts de l’humanité se superpose à celle de l’âge de la Terre et les savants hésitent sur le nom à donner à cette période dont l’existence était jusqu’alors insoupçonnable : “antéhistoire”, "histoire de l’enfance de l’homme”, “temps au-delà du temps”... Ce n’est qu’au début du XXe siècle que le nom de “préhistoire” s’impose dans les milieux académiques aussi bien que dans le grand public. Xavier Mauduit

Publicité

La découverte d’outils et de pierres taillées rend bientôt indubitable l’existence d’un “homme fossile”. Les préhistoriens s’élancent sur la trace de cet ancêtre lointain, chez lequel ils espèrent retrouver la trace d’une humanité immémoriale. Comment l’invention de la préhistoire au XIXe siècle a-t-elle été le fait des scientifiques autant que des artistes et des hommes politiques ? Comment les hommes du XIXe siècle se représentaient-ils leurs ancêtres préhistoriques, et comment ces découvertes ont-elles infléchi le cours de leurs réflexions sur le progrès et l'histoire ? 

On met très longtemps à trouver des restes d'homme fossile donc pendant très longtemps on n'imagine pas qu'il ait pu être différent de l'homme actuel. Il y a une première phase de mûrissement de la pensée pendant laquelle on a fini par admettre que l'homme a été contemporain d'espèces disparues. Il a fallu admettre ensuite que c'était beaucoup plus ancien que ce que l'on pensait puis, il a fallu admettre que cet homme n'avait pas toujours été ce qu'il est aujourd'hui. Sophie de Beaune

Avec Sophie de Beaune, professeure de préhistoire et de protohistoire à l’Université Jean-Moulin-Lyon 3. Spécialiste de l’évolution de l’outillage, des gestes techniques et des activités humaines, elle est l'autrice de Qu'est-ce que la Préhistoire ? (Gallimard, 2016), L’homme et l’outil (CNRS Éditions, 2019) et, avec Antoine Balzeau, Notre Préhistoire. La grande aventure de la famille humaine (Belin en 2016). Elle a dirigé de nombreux ouvrages parmi lesquels  Écrire le passé (CNRS Éditions, 2010), avec Henri-Paul Francfort,  L'Archéologie à découvert (CNRS Éditions, 2012) et avec Rémi Labrusse, La Préhistoire au présent. Mots, images, savoirs, fictions (CNRS Éditions, 2021).

Sons diffusés :

  • Archive - 18/09/1985 - FR3 - L’encyclopédie vivante - Buffon naturaliste.
  • Archive - 19/08/1949 - Gaston Bachelard, philosophe, parle de la controverse entre l'évolutionniste Geoffroy Saint-Hilaire et le fixiste Georges Cuvier. 
  • Extrait du film Création (2009) réalisé par Jon Amiel
  • Lecture par Marion Malefant d'un extrait de Voyage au centre de la terre (1864) de Jules Verne. 
  • Extrait film La famille Pierrafeu (1994) réalisé par Brian Levant
  • Musique : Serge Reggiani - L'homme fossile

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Odile Joëssel
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Maïwenn Guiziou
Production déléguée