L'écrivain Laurent Gaudé en 2015.
L'écrivain Laurent Gaudé en 2015.
L'écrivain Laurent Gaudé en 2015. ©Getty - Leonardo Cendamo
L'écrivain Laurent Gaudé en 2015. ©Getty - Leonardo Cendamo
L'écrivain Laurent Gaudé en 2015. ©Getty - Leonardo Cendamo
Publicité
Résumé

Romancier, poète et dramaturge, Laurent Gaudé plonge dans l'histoire pour révéler les constances de l'âme humaine, à la recherche des failles, des élans de désir, ou des basculements. L'écrivain propose de regarder le passé - et ses erreurs - comme une boussole pour l'avenir.

avec :

Laurent Gaudé.

En savoir plus

Fou d’histoire, pour donner la parole à ceux et à celles qui ne sont pas historiens, pas historiennes, mais dont l'œuvre se construit à partir du passé, dont les créations sont baignées d’histoire. Le Tigre bleu de l'Euphrate et Pour seul cortège, Le Soleil des Scorta et La Mort du roi Tsongor, Cris et Paris, mille vies, l'écrivain Laurent Gaudé est fou d’histoire !

L'histoire sous la plume de l'écrivain

De pièces de théâtre en romans, Laurent Gaudé plonge dans l'histoire pour en saisir les angles morts, questionner les moments de basculement et faire entrer en vibration le passé et le présent.

Publicité

Laurent Gaudé : "La littérature est un endroit assez mystérieux, puisque les morts parlent. Une bibliothèque, c'est ça. Quand vous prenez un livre d'un auteur qui appartenait à un siècle passé, il y a cette chose très étrange, c'est que tout d'un coup, en ouvrant le livre, vous avez accès à sa voix exacte, parfaite à la virgule près, qui n'a pas bougé. En littérature et dans les bibliothèques, nous sommes à un endroit très particulier vis-à-vis de la perméabilité entre le monde des vivants et le monde des morts."

Laurent Gaudé : "Le grand privilège, si je puis dire, de la littérature par rapport à l'histoire et aux historiens, c'est de donner la parole aux morts. Nous (les écrivains), nous avons le droit de plonger dans l'esprit, de prêter notre voix, d'imaginer ce que peuvent être les pensées, les sentiments, toutes choses qu'a priori un historien, par souci scientifique, s'interdirait de faire."

Il donne une voix aux poilus terrés dans les tranchés, se met dans la peau du général Grant et des soldats de l'Union, montre le mur de silence auquel se heurte Haïlé Sélassié, dernier "roi des rois" éthiopien, face à la Société des Nations, imagine les mots d'Alexandre le Grand sur le point de mourir.

Fils de psychanalystes lacaniens, enfant du 14e arrondissement de Paris, et citoyen de convictions, Laurent Gaudé s'engouffre dans les failles de l'âme humaine, tente d'en révéler les persistances à travers les siècles, et scrute le passé, à la recherche des soubresauts et des élans révolutionnaires. L'histoire ne serait-elle pas le ferment de l'avenir et le terreau de la consolation ?

Laurent Gaudé : "Le roman Cris se termine sur la question de la mémoire après le cataclysme de la Première Guerre mondiale. Comment laisser une trace de l’enfer, si possible définitive, dans l'utopie et dans l'espoir un peu fou que ça serve et que cette chose ne se reproduise jamais ? Je crois que c'est la tentation permanente et très belle des historiens de créer ce que Thucydide appelait un acquis pour toujours. Malheureusement, le cours de l'histoire nous montre en permanence que rien n'est acquis pour toujours et que les 'plus jamais ça' ne cessent d'être démentis. Je crois que c'est la noblesse du métier de se dire qu'en analysant, en décortiquant, en comprenant ce qui s'est passé, on en fera quand même une sorte d'acquis pour l'avenir."

À lire aussi : Laurent Gaudé, Mille et une vies pour Paris la nuit

À lire aussi : Feuilletez "Ecoutez nos défaites" avec les oreilles

Notre invité

Laurent Gaudé est romancier, poète et dramaturge. Il est lauréat du Prix du Goncourt des lycéens en 2002 avec La Mort du roi Tsongor et du prix Goncourt en 2004 avec Le Soleil des Scorta, tous deux publiés chez Actes Sud.

Son actualité

  • Représentation de Nous, L’Europe. Banquet des peuples au Théâtre de l’Atelier à Paris, du 7 au 29 mai 2022, pièce de théâtre musicale née d’une collaboration entre l’écriture de Laurent Gaudé et la mise en scène de Roland Auzet
  • Représentation de La Dernière Nuit du monde au Théâtre national de Wallonie-Bruxelles le 13 et 14 mai 2022, mise en scène de Fabrice Murgia
  • Publication de Grand menteur. Trois monologues en février 2022 chez Actes Sud Papiers

Bibliographie sélective

Sons diffusés dans l'émission

  • Extrait du film La Vie et rien d'autre de Bertrand Tavernier, 1982
  • Extrait du film Alexandre le Grand de Robert Rossen, 1956
  • Archive de l'historien Fernand Braudel sur la Méditerranée dans l'émission Signes des temps sur l'ORTF le 30 octobre 1972
  • Archive Ina d'Agnès Varda en 1961 sur l'utilisation de l'accident dans l'art
  • Lecture par Alexandre Manzanares de Calendrier lagunaire, inscription sur la tombe d'Aimé Césaire, choisie par le poète lui-même