Affiche de recrutement pour la marine américaine, 1917.
Affiche de recrutement pour la marine américaine, 1917.  ©Getty
Affiche de recrutement pour la marine américaine, 1917. ©Getty
Affiche de recrutement pour la marine américaine, 1917. ©Getty
Publicité

Qui a inventé la propagande ? Le mot est lié à l'action missionnaire de l'Église au XVIIe siècle, avec la Congrégation de la Propagande qui propage la foi chrétienne. Aujourd'hui, la propagande recouvre des champs séculaires. Utilisée par les dictatures, elle l’est aussi par les démocraties.

Avec
  • David Colon Chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po

Qui a inventé la propagande, l’art de manipuler les masses ? Bien sûr, la propagande des régimes totalitaires vient à notre esprit, avec la sombre figure de Joseph Goebbels, ministre nazi de l'Éducation du peuple et de la Propagande du Reich. Nous pensons aussi à la terrible propagande stalinienne. Pourtant, la propagande existait auparavant et de l’Antiquité à nos jours, tous les pouvoirs veulent imposer leurs idées : et si les démocraties avaient inventé la propagande de masse ? Lisons le Journal patriotique du département de la Dordogne, 27 mars 1791, en pleine Révolution française : « Lorsque nous nous sommes chargés de l’espèce de censure qui résulte de l’opinion publique, nous avons contracté envers nos lecteurs l’engament formel d’être juste et courageux ! » Le rédacteur de ce journal s’appelle Pierre-Eléonor Pipaud des Granges. Pipaud ? Alors, quand il est question de propagande, les démocraties sont-elles passées maîtresses dans l’art de jouer du pipeau ? Xavier Mauduit

“I want you for U.S. Army !” En 1917, James Montgomery Flagg compose une affiche qui  invite à rejoindre les rangs de l’armée américaine lors de la Première Guerre mondiale. Si elle est un célèbre exemple de propagande, elle n’est pas la seule réalisation de la Commission d’information publique (Committee on Public Information, ou “Commission Creel”), fondée par Woodrow Wilson, neuf jours après l’entrée en guerre des États-Unis : “I want you for U.S. Navy !” s’adresse aux femmes. Les Four Minute Men, par exemple, étaient chargés de haranguer les spectateurs des salles de cinéma pendant les quatre minutes d’interruption causées par le changement de bobines de film. Ces volontaires, recrutés parmi les “leaders d’opinion” (notables, avocats, médecins…) discouraient alors sur le bien-fondé de l’engagement américain dans le conflit et sur le soutien à apporter à l’effort de guerre.

Publicité

Nous sommes ici au cœur de l’invention de la propagande de masse, aux yeux de notre invité David Colon, professeur agrégé d’histoire et chercheur permanent à Sciences Po (IEP de Paris), où il enseigne notamment l’histoire de la propagande, les techniques de persuasion et l’éthique de la communication. Il est l'auteur de Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain (Belin, 2019) édité en poche chez Flammarion. Alors que le terme “propagande” évoque souvent les régimes totalitaires, ce sont bien les méthodes déployées par le gouvernement démocratique américain lors de la Première Guerre mondiale qui sont une des sources principales d’inspiration des régimes bolchéviques, fascistes ou nazis. La propagande est-elle une invention des démocraties ? 

Nous sommes aujourd'hui dans une période de propagande totale, une propagande omniprésente à laquelle il est très difficile d'échapper dès lors que l'on passe beaucoup de temps sur les écrans, une propagande d'une technicité et d'une efficacité redoutable. David Colon

En démocratie il s'agit de conduire les individus à faire le bon choix librement et non pas à les y contraindre. Les techniques permettant de conduire les individus à faire le choix que l'on attend d'eux sont des techniques qui n'ont cessé de se perfectionner depuis la fin du 19e et jusqu'à nos jours. David Colon

Sons diffusés

  • Archive - 2007 - France Inter - Extrait de l'émission Là-bas si j'y suis - Noam Chomsky parle de la propagande dans les démocraties.
  • Archive - Raymond Dorgelès évoque ses souvenirs de soldat durant la Première Guerre mondiale, "Les fausses nouvelles sifflaient à nos oreilles comme des balles". 
  • Lecture par Nathalie Kanoui d'un extrait de l'ouvrage d'Edward Bernays, Propaganda (1928). 
  • Archive - Pierre Dac, « Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand » (1943). 
  • Lecture par Nathalie Kanoui d'un extrait de l'ouvrage de George Orwell, 1984 (1948).
  • Extrait du film OSS 117 : Rio ne répond plus (2009).
  • Archive - 30/04/1986 - JT Antenne 2 - Brigitte Simonetta explique trajet du nuage radioactif après la catastrophe de Tchernobyl.
  • Musique - Guy Béart, La vérité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Odile Joëssel
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Valentine Lauwereins
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Maïwenn Guiziou
Production déléguée