Le cercle de la rue Royale. James Tissot, 1868. Musée d'Orsay.
Le cercle de la rue Royale. James Tissot, 1868. Musée d'Orsay.
Le cercle de la rue Royale. James Tissot, 1868. Musée d'Orsay.
Le cercle de la rue Royale. James Tissot, 1868. Musée d'Orsay.
Publicité

Le XIXe siècle est celui des révolutions. Est-il aussi celui de la défiance du peuple français envers ses élites ? Les révolutions de 1789, 1830, 1848, ou encore la défaite de 1870 sont-elles l’expression de la défaillance de celles-ci ? Et d’ailleurs, quelles réalités recouvrent le mot "élites" ?

Avec
  • Eric Anceau Historien, Professeur à l'Université Paris-Sorbonne

Existe-t-il des élites dans le règne animal ? Pour chaque genre de bestioles, y en a-t-il qui dominent le reste de l’espèce ? Voilà ce que s’est demandé Saint-Simon, non pas le mémorialiste du règne de Louis XIV, mais le philosophe du XIXe siècle, à la source de la pensée socialiste. En 1819, sans se targuer de zoologie, il propose une parabole avec des abeilles et des frelons : "L’art de gouverner est devenu dans ses mains [celles du gouvernement] la chose du monde la plus simple et la plus facile. Il se réduit à donner la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles à celle des deux grandes classes de frelons qui sert les vues du gouvernement avec le plus de zèle et de dévouement". Abeilles et frelons ? Peuple et élite ? C’est la question qui pique Le Cours de l’histoire.

Depuis la Révolution française de 1789, les élites semblent constamment défiées par le peuple. Alors que de nombreux régimes politiques se succèdent, comment les élites réagissent-elles face à la crise et aux contestations ? Le Cours de l’histoire propose de s’arrêter sur quatre événements de l’histoire moderne qui ont transformé les élites françaises : la Révolution de 1789, les émeutes des Trois Glorieuses en 1830, la révolution de Février de 1848 et la défaite de Sedan en 1870, qui mène à l’instauration de la Troisième République.

Publicité

Éric Anceau : "Le terme élite est employé dans l'acception qu'on lui connaît à partir du XIVe siècle. On s'en sert à la fois pour désigner la fine fleur de la société qui détiendrait le pouvoir ou conseillerait les puissants, ceux qui l'exercent, mais aussi les meilleurs dans différentes catégories professionnelles. Il y a plusieurs élites mais, parfois, il peut arriver dans l'histoire que ces élites n'en fassent qu'une. C'est là où il y a un véritable problème."

Éric Anceau : "Il paraît logique qu'il y ait des élites dans les régimes monarchiques ; mais aucune démocratie n'a pu se passer d'élite. Même les démocraties dites populaires, du temps du bloc de l'Est, avaient une forme d'élite avec la nomenklatura."

Notre invité

Éric Anceau est maître de conférences habilité à diriger des recherches à Sorbonne Université. Il est spécialiste de l’histoire politique et sociale de la France et de l’Europe au XIXe siècle. Biographe de Napoléon III, il préside le jury du Prix Mérimée de la meilleure thèse sur le Second Empire. Il a notamment publié :

Sons diffusés :

  • Extrait : La Révolution française, partie 1. "Les années lumières", film de Robert Enrico, 1989
  • Lecture par Élodie Hubert : Discours de réception d’Alphonse de Lamartine à l’Académie Française, 1830
  • Archive : émission La caméra explore le temps - Un crime sous Louis-Philippe - RTF, 1962
  • Extrait : La Commune de 1871, téléfilm de Cécile Clairval-Milhaud, 1971
  • Archive : discours de Charles de Gaulle à l'ENA cité dans l'émission Concordance des temps - France Culture, 21 janvier 2006

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Odile Joëssel
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Valentine Lauwereins
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Maïwenn Guiziou
Production déléguée