L'Homme anatomique ou L'Homme zodiacal, extrait des Très Riches Heures du duc de Berry. Enlumineurs : les frères de Limbourg, entre 1411 et 1416, Musée de Condé, Chantilly. (Wikipédia, Petrusbarbygere)
L'Homme anatomique ou L'Homme zodiacal, extrait des Très Riches Heures du duc de Berry. Enlumineurs : les frères de Limbourg, entre 1411 et 1416, Musée de Condé, Chantilly. (Wikipédia, Petrusbarbygere)
L'Homme anatomique ou L'Homme zodiacal, extrait des Très Riches Heures du duc de Berry. Enlumineurs : les frères de Limbourg, entre 1411 et 1416, Musée de Condé, Chantilly. (Wikipédia, Petrusbarbygere)
L'Homme anatomique ou L'Homme zodiacal, extrait des Très Riches Heures du duc de Berry. Enlumineurs : les frères de Limbourg, entre 1411 et 1416, Musée de Condé, Chantilly. (Wikipédia, Petrusbarbygere)
Publicité

Véritables best-sellers médiévaux, les livres d'heures permettent aux laïcs de suivre la liturgie au rythme des moines. Certains sont richement ornés, d'autres plus modestement, mais dans tous les cas ils ponctuent l'année avec leur calendrier.

Avec
  • Inès Villela-Petit Archiviste paléographe et conservatrice du patrimoine. Elle est spécialiste de la peinture et de l’enluminure au Moyen Âge.
  • Marie-Pierre Dion Conservatrice générale des bibliothèques, chargée des bibliothèques et des archives du musée Condé de Chantilly.

À l’heure de la prière, mieux qu’un psautier ou qu’un bréviaire, le fidèle se saisit de son livre d’heures. Il y trouve l’office des morts, les psaumes pénitentiels, les heures de la Vierge… Il y trouve aussi de jolies peintures et des enluminures. Alors, le fidèle, un tantinet distrait, jette un œil sur ces ornements et sur les miniatures qui illustrent le manuscrit. Au milieu de la faune et de la flore, ici un renard, déguisé en frère prêcheur qui parle à des poules et à une oie, ailleurs l’âne de la crèche avec un gros œil arrondi ; là une chimère grotesque ou encore une kikoute. Ces livres venus du Moyen Âge nous fascinent. Allez, il est l’heure de parler des livres d’heures : ne nous faisons pas prier ! (Xavier Mauduit)

Les manuscrits médiévaux nous font rêver, richement décorés d’enluminures. Aujourd’hui, ces images, parfois collées sur des supports en bois, sont exposées dans les musées, au point d’en oublier leur origine. 

Publicité

L’exposition Collectionner les livres d’Heures, présentée au Musée Condé de Chantilly, retrace l’histoire de ces ouvrages. En effet, à partir du XIIe siècle, se développe un nouveau type de livre religieux : le livre d’heures. Adapté pour tenir dans une poche ou dans une bourse et donc facilement transportable, il rythme la vie des seigneurs, princes et princesses du Moyen Âge, qui s’agenouillent devant lui pour prier, qui le consultent pour connaître le calendrier des saints et qui y consignent les dates de naissance et de mort des membres de sa famille. Le livre  d’heures témoigne d’un rapport intime et sensible à la foi qui a passionné les collectionneurs du XIXe siècle à nos jours ! 

Avec nous, Inès Villela-Petit est archiviste paléographe et conservatrice du patrimoine. Elle est spécialiste de la peinture et de l’enluminure au Moyen Âge. Elle est notamment l’autrice de Bréviaire de Châteauroux (Somosy, 2003), Le Gothique international : l’Art en France au temps de Charles VI (Hazan-Musée du Louvre, 2004) et a dirigé avec Patricia Stirnemann Les Très Riches Heures de Jean de Berry, Das Meisterwerk für den Herzog von Berry (Lucerne, 2013).

Avec nous aussi, Marie-Pierre Dion, conservatrice générale des bibliothèques, chargée des bibliothèques et des archives du musée Condé de Chantilly. Elle nous parle de l’exposition “ Collectionner les livres d’heures” au musée Condé de Chantilly dont elle est commissaire. 

Un livre d'Heures c'est un support de dévotion écrit, abondamment illustré, maniable, dont les laïcs se sont emparés à la fin du XVe siècle et qui a été produit très grand nombre. C'est un livre de prière personnalisé qui a donné lieu à toutes sortes de pratiques nouvelles. (Marie-Pierre Dion)

On a le livre qu'on pourrait dire "standard" avec ses textes essentiels que sont les Heures de la vierge et l'office des défunts mais pour les personnages fortunés et notamment les princes, on peut personnaliser son ou ses livres d'heures. Ils prennent alors une ampleur qui est d'ailleurs à l'inverse de leur usage premier avec l'idée d'avoir un livre de poche pour la dévotion. Certains princes notamment Jean de Berry, vont se faire faire des livres d'heures de très grand format avec un enrichissement de peintures pleine page, qui en font moins des livres pratiques que des livres destinés à la contemplation avec un caractère esthétique. (Inès Villela-Petit)

Sons diffusés : 

  • Archive - 05/05/1953 - Extrait de l'émission Heure de culture française - Avec Robert Brun, bibliothécaire à la BNF.
  • Lecture par Daniel  Koenigsberg d’un extrait de Miroir de mariage d'Eustache Deschamps (2e moitié du XIVe siècle).
  • Extrait de la série Kaamelot (2005) réalisée par Alexandre Astier. Livre 1 Épisode 51 : Enluminures. 
  • Archive - 38/06/1990 - RFI - Extrait de l'émission Paroles de France - Les Très riches heures du conte de Berry.
  • Lecture par Daniel  Koenigsberg, le Duc d’Aumale raconte l’acquisition des Très riches heures du Duc de Berry.
  • Musique - Extrait de l'album Gréco chante Mac Orlan (1964 - Mercury France) - Mâtines.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Odile Joëssel
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Valentine Lauwereins
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Maïwenn Guiziou
Production déléguée