Michel Ocelot, fou d’histoire : épisode 38null du podcast Fou d'histoire

Avec "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse", Michel Ocelot nous transporte dans trois univers, trois siècles et trois histoires aux couleurs chatoyantes.
Avec "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse", Michel Ocelot nous transporte dans trois univers, trois siècles et trois histoires aux couleurs chatoyantes. ©Maxppp - Nicolas Marques
Avec "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse", Michel Ocelot nous transporte dans trois univers, trois siècles et trois histoires aux couleurs chatoyantes. ©Maxppp - Nicolas Marques
Avec "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse", Michel Ocelot nous transporte dans trois univers, trois siècles et trois histoires aux couleurs chatoyantes. ©Maxppp - Nicolas Marques
Publicité

Après "Kirikou et la Sorcière" et "Azur & Asmar", Michel Ocelot nous accompagne de nouveau dans un voyage chatoyant à travers les siècles avec "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse".

Avec

Fou d’histoire, pour donner la parole à ceux, à celles, qui ne sont pas historiens, pas historiennes, mais qui puisent dans le passé pour construire leur œuvre et pour nous faire rêver. C’est un voyage durant lequel nous croisons Kirikou et la Sorcière, mais aussi Azur & Asmar. Ce sont Les Contes de la Nuit et Dilili à Paris. C’est une histoire avec Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse. Auteur, dessinateur, réalisateur, Michel Ocelot est fou d’histoire !

Trois contes, trois époques, trois univers : une épopée de l’Égypte antique, une légende médiévale de l’Auvergne, une fantaisie du XVIIIe siècle dans des costumes ottomans et des palais turcs, pour être emporté par des rêves contrastés, peuplés de dieux splendides, de tyrans révoltants, de justiciers réjouissants, d’amoureux astucieux, de princes et de princesses n’en faisant qu’à leur tête – dans une explosion de couleurs.
(Synopsis du film Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse de Michel Ocelot, en salles le 19 octobre)

Publicité

Après Kirikou et la SorcièreAzur & Asmar ou Dilili à Paris, le réalisateur Michel Ocelot nous accompagne de nouveau dans un voyage chatoyant à travers l’histoire avec  Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse.

Michel Ocelot évoque ses débuts en tant que réalisateur : "Au début, c'était le bricolage qui m'intéressait. Je n'avais accès qu'à des petits budgets et je faisais du papier découpé, mais c'était très gai et on s'amusait. Ensuite, le numérique est arrivé et m'a beaucoup plu, car tout est devenu si commode, même si les petits bouts de ficelle ont disparuÇa m'intéressait beaucoup d'être artisan ; dans mes tournages, chacun de mes collaborateurs était artisan et avait sa petite histoire qu'il devait développer et filmer."

Par les temps qui courent
44 min

Le réalisateur estime qu'aujourd'hui "on a accès à tout. Tous les pays, toutes les civilisations et toutes les époques m'intéressent. Je suis comme un gourmand dans une pâtisserie, tout est à ma disposition et je veux tout goûter. Nous avons accès à de nombreuses bibliothèques et librairies dans notre pays. Il y a aussi Internet, c'est extraordinaire : à trois heures du matin, on peut demander à quoi ressemble une râpe à manioc, et on a la réponse tout de suite : c'est comme une râpe à fromage. J'en ai mis une dans mon film..."

Image tirée du long métrage d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse" de Michel Ocelot.
Image tirée du long métrage d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse" de Michel Ocelot.
- ©Michel Ocelot

Michel Ocelot revient sur le processus de création de son film Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse : "Lors du premier confinement, j'ai créé le premier dessin du long métrage d'animation. C'était à un moment très inquiétant, quand il n'y avait plus d'humains dans la ville, plus personne qui ne travaillait. J'ai senti un écroulement effrayant dont il fallait se relever, il fallait reconstruire. La première image que j'ai faite représente un homme, un chantier et une conteuse en bleu de travail qui est très élégante, car ce n'est pas parce qu'on travaille qu'on doit être mal habillé. J'ai pris conscience que les histoires ont des durées à elles et il faut les respecter pour avoir un bel objet qui sonne bien, qui arrive là où il faut."

Image du personnage de la Conteuse dans le film d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse".
Image du personnage de la Conteuse dans le film d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse".
- © Michel Ocelot
Image du personnage le "Beau Sauvage" tirée du long métrage d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse".
Image du personnage le "Beau Sauvage" tirée du long métrage d'animation "Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse".
- ©Michel Ocelot

Pour en parler

Michel Ocelot est auteur, dessinateur et réalisateur de films d'animation. 
Il a notamment réalisé :

Pour aller plus loin

Michel Ocelot a réalisé un nouveau long métrage d'animation  Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse (sortie en salles le mercredi 19 octobre).

Références sonores

  • Archive de Jean Richard sur l'ocelot, félin d'Amérique du Sud, dans Ces animaux que l'on appelle des bêtes, ORTF, 19 décembre 1973
  • Extrait du film Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse de Michel Ocelot, 2022
  • Archive de l'Unesco sur la terre de Kouch, 1960
  • Archive sur le voyage de Vincent Auriol en Afrique-Occidentale française, 27 avril 1947
  • Chanson Kirikou par Boubacar Mendy, 1998
  • Générique de Gédéon par Monique Messine de la série d'animation de Michel Ocelot, 1976
  • Archive d'Edwige Feuillère qui présente les miniatures persanes, 22 septembre 1968

Générique de l'émission : Origami de Rone

L'équipe