Enluminure extraite de «Vie et miracles de saint Louis» de Guillaume de Saint-Pathus (milieu du XIVe siècle) - BnF
Enluminure extraite de «Vie et miracles de saint Louis» de Guillaume de Saint-Pathus (milieu du XIVe siècle) - BnF
Enluminure extraite de «Vie et miracles de saint Louis» de Guillaume de Saint-Pathus (milieu du XIVe siècle) - BnF
Publicité
Résumé

Existe-t-il une logique de reproduction sociale au Moyen Âge ? Nous verrons par quels moyens l’on cherche alors à assurer la pérennité de son lignage, de ses terres, de son statut, jusqu'à parfois s'inventer une généalogie.

avec :

Joanna Pavlevski (ATER à l’Université Rennes 2), Joseph Morsel (Maître de conférences à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris I) et membre de l'Institut Universitaire de France.).

En savoir plus

Aujourd’hui, il est question de lignage, mais attention, le mot a plusieurs sens. Au Moyen Âge, le lignage désigne le droit de ramasser du bois dans la forêt du seigneur, du bois qui est ensuite placé dans l’âtre de la cheminée, dans le foyer, pour se chauffer. Bien entendu, il y a une redevance à payer : c’est droit de lignage, petite taxe féodale. Le lignage désigne aussi l’art de tracer une ligne, sur un morceau de bois par exemple. Cette ligne, tracée au cordeau, doit être suivie pour réaliser une belle coupe, de laquelle la scie s’écarte souvent. Puis le lignage désigne ceux et celles qui se reconnaissent du même ancêtre : les parents, les grands-parents, les maris, les épouses et tout un tas de cousins plus ou moins éloignés. Dans toutes les acceptions du mot lignage, il est question de bois : les branches ramassées dans la forêt, le bois que l’on coupe et bien entendu celui du plus imposant des arbres, par ses branches et pas ses racines : l’arbre généalogique. Vraiment, quel beau lignage !

Nous recevons aujourd’hui Joseph Morsel, maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, il est notamment l’auteur de Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen-Âge, paru aux éditions Picard en 2017

Publicité

La fée Mélusine a servi d’ancêtre merveilleux à bien des familles de l’époque médiévale. Son patronage était gage de légitimité, et a pu entourer ces lignées d’une aura de puissance et de magie. Comment les généalogies merveilleuses ont-elles longtemps été un moyen privilégié d’assurer la force et la survie d’un lignage ? Pour y répondre, nous recevons Joanna Pavlevski, ATER à l’Université Rennes 2, elle est notamment l’auteure de la thèse soutenue en 2017 Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d'une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle.

Joanna Pavleski est également la conseillère scientifique de l'exposition Mélusine, secrets d’une fée, qui se tient à l'Historial de la Vendée, jusqu'au 1er mars 2020.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sons diffusés : 

Archives : 

  • Candide, de Voltaire, lu par Pierre Bertin, RDF, 1962
  • Flore et Blancheflore, Fiction diffusée sur l'ORTF, 1961
  • Philippe Ariès dans Les chemins de la connaissance, France Culture, 09/11/1971

Extraits de séries télévisées : 

  • Game of Thrones, Saison 1, épisode 9
  • WHite Queen, épisode 1

Musiques : 

  • Dame Lombarde de Malicorne
  • Dames du temps jadis, de Georges Brassens

Lecture par Elodie Huber : Mélusine ou la noble histoire des Lusignan, Jean d’Arras, 1393 

Rediffusion de l'émission du 27/11/2019, et première diffusion du Journal de l'histoire d'Anaïs Kien en fin d'émission, à réécouter ici :

4 min
Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Camille André
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée