Mur des Compagnons de la Libération, avec l'aimable autorisation de l'Ordre de la Libération, Hôtel national des Invalides, Paris.
Mur des Compagnons de la Libération, avec l'aimable autorisation de l'Ordre de la Libération, Hôtel national des Invalides, Paris.
Mur des Compagnons de la Libération, avec l'aimable autorisation de l'Ordre de la Libération, Hôtel national des Invalides, Paris.
Publicité
Résumé

La croix de la Libération cesse d’être attribuée quand le général de Gaulle quitte le pouvoir en 1946. Qui sont les 1038 résistants, hommes et femmes, compagnons de la Libération ? Comment conserver la mémoire de leur engagement et de leurs combats ?

avec :

Vladimir Trouplin (Conservateur au musée de l'Ordre de la Libération), Jean-Christophe Notin (Écrivain et historien).

En savoir plus

Il ne reste plus aucun compagnon de la Libération. Le dernier membre de cet Ordre créé par le général de Gaulle en 1940, Hubert Germain, est décédé, ce mardi 12 octobre, à l'âge de 101 ans. Avec sa disparition, une page de l'Histoire se tourne. "Quand le dernier d'entre nous sera mort, la flamme s'éteindra. Mais il restera toujours des braises", avait écrit cet ancien résistant dans ses mémoires intitulées "Espérer pour la France" (éd. Belles Lettres).

En 2021, Hubert Germain était le dernier compagnon de la Libération encore en vie. La croix de la Libération qu’il portait sur sa poitrine pesait-elle un peu plus lourd depuis la disparition de ses camarades ? L’ordre de la Libération a été créé dès 1940 par le général De Gaulle. Il  vient juste après la Légion d’honneur dans le rang des ordres nationaux. Il décore ceux “qui se seront signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire” pendant la Seconde Guerre mondiale. 1038 personnes, militaires et civils, célébrités et anonymes, ont compté parmi ces compagnons auxquels s'ajoutent 18 unités combattantes militaires et 5 communes à l’engagement et à la bravoure exceptionnels.

Publicité

Comment porter la mémoire des compagnons aujourd’hui ? Il est difficile de réduire la vie, souvent héroïque, de ces Français et de ces Françaises dans une notice biographique ; difficile aussi de les rassembler dans une fresque qui rendrait un hommage juste à chacun d’entre eux. Surtout, comment leur parcours, leur engagement, éclairent-ils notre présent et notre avenir ? 

Avec Vladimir Trouplin, historien et conservateur du musée de l’ordre de la Libération,  membre du conseil scientifique du musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris ainsi que du musée Jean Moulin. Il est l’auteur du Dictionnaire des compagnons de la Libération (Elytis, 2010) et a dirigé La Flamme de la Résistance. Les cinq communes compagnon de la Libération (Le Cherche midi, 2012). Il a publié avec Guillaume Piketty et  Hélène Orizet Les compagnons de l’aube. Archives inédites des compagnons de la Libération (Textuel, 2014). Il a collaboré au Dictionnaire De Gaulle (Robert Laffont, 2006) et au Dictionnaire de la France Libre (Robert Laffont, 2010). 

Et Jean-Christophe Notin, écrivain, journaliste et historien. Spécialiste des services du renseignement, il est également coauteur avec Frédéric Schoendoerffer du film documentaire sur la DGSE Les Guerriers de l'Ombre (Eléphant Doc production). Il est notamment l’auteur de 1061 compagnons. Histoire des compagnons de la Libération (Perrin, 2000), Les vaincus seront les vainqueurs : La France en Allemagne 1945 (Perrin, 2004), Les Guerriers sans nom _(_Tallandier, 2021). Son prochain ouvrage, Dans l’honneur et par la victoire. Une année avec les Compagnons de la Libération en juin 2021, une coédition Calmann Lévy et l’ordre de la Libération.  

Site du musée de l’Ordre de la Libération, Hôtel de Invalides, Paris.

Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Eric Lancien
Réalisation
Odile Joëssel
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Maïwenn Guiziou
Production déléguée