Peinture qui représente Cavelier de La Salle qui baptise la Louisiane au nom de Louis XIV le 9 avril 1682.
Peinture qui représente Cavelier de La Salle qui baptise la Louisiane au nom de Louis XIV le 9 avril 1682. ©Getty - Heritage Art/Heritage Images
Peinture qui représente Cavelier de La Salle qui baptise la Louisiane au nom de Louis XIV le 9 avril 1682. ©Getty - Heritage Art/Heritage Images
Peinture qui représente Cavelier de La Salle qui baptise la Louisiane au nom de Louis XIV le 9 avril 1682. ©Getty - Heritage Art/Heritage Images
Publicité

À la fin du XVIIe siècle, le royaume de France prend possession de la Louisiane. Comment expliquer la permanence de la langue et de la culture françaises dans cet espace, malgré une période d’occupation assez courte ?

Avec
  • Cécile Vidal Historienne, directrice d'études de l'EHESS
  • Gilles Havard Historien, directeur de recherche au CNRS

"Il y a plusieurs années que le Sieur Robert Cavelier de la Salle avait été persuadé par les lumières qu’il avait tirées de plusieurs Sauvages de diverses Nations, que l’on pourrait faire des établissements considérables du côté du Sud-Ouest, au-delà des grands Lacs". C’est ainsi que débute la Description de la Louisiane, nouvellement découverte au sud-ouest de la Nouvelle France, ouvrage de Louis Hennepin, missionnaire récollet et notaire apostolique, en 1683. Débute une nouvelle page de la présence française en Amérique.

Coloniser le fleuve Mississippi

À la fin du XVIIe siècle, des jésuites, des aventuriers, des chasseurs d’or et de fourrures explorent les alentours du fleuve Mississippi. Grâce à des alliances avec les populations amérindiennes, ils cartographient la région. En 1682, René-Robert Cavelier de La Salle prend possession de la Louisiane au nom de Louis XIV. La colonie est officiellement fondée par Pierre d’Iberville, avec le fort Maurepas autour duquel s'organise la colonie de Biloxi, première capitale de la Louisiane. Cécile Vidal, spécialiste de l'histoire de la colonisation dans l’espace atlantique, précise qu'au départ "c'est l'exploitation de la traite des fourrures" qui intéresse les Français ; mais "suite aux échecs de ces expéditions (...), un projet de colonisation de la Basse-Louisiane, qui va être le fait de Pierre Le Moyne d'Iberville en 1699, se produit d'abord sur le golfe du Mexique, à l'est du delta du Mississippi. Il n'y a pas immédiatement l'idée d'utiliser la dorsale du Mississippi comme l'axe de colonisation au départ". Ainsi, les Français "parviennent à établir un réseau d'alliances avec toute une série de nations amérindiennes ; les relations sont plutôt pacifiées dans un premier temps".

Publicité

La Louisiane de la Nouvelle-France est bien différente de l’actuel État de Louisiane. Le territoire sur lequel la France étend sa souveraineté va des Grands Lacs au Golfe du Mexique, et des Appalaches aux Rocheuses, soit environ un tiers des États-Unis actuels. Pourtant, l’occupation effective est restreinte, et la France peine à faire de cet espace un fleuron de son économie coloniale. En 1717, le régent Philippe d’Orléans estime que la couronne n’a pas les moyens de mettre en valeur la colonie et confie cette tâche à une compagnie commerciale qui devient bientôt la Compagnie des Indes. Il s’agit avant tout d’assurer le contrôle d’une voie majeure d’accès au continent et de développer des cultures de tabac et d’indigo. Ce projet colonisateur conduit à un transfert des premiers établissements fondés sur le golfe du Mexique vers la route fluviale du Mississippi : c’est la raison de la fondation de la ville de la Nouvelle-Orléans, en 1718, au nord du delta du Mississippi. Ce méandre du Mississippi offre à la France un double accès à la mer via le fleuve et la proximité du lac Pontchartrain.

Tire ta langue
30 min

La guerre de Sept Ans marque la fin de la Louisiane française

En 1756, la guerre de Sept Ans éclate. Cette lutte pour l’hégémonie mondiale place les empires coloniaux au cœur du conflit et se solde par une défaite française. Les traités de Fontainebleau et de Paris de 1762 et 1763 marquent la fin de la Louisiane française : la colonie est cédée à la Grande-Bretagne et à l’Espagne. La Louisiane passe de nouveau dans le giron français au tout début du XIXe siècle, mais Napoléon vend définitivement cette possession aux États-Unis en 1803. Gilles Havard, spécialiste de l’histoire de la Nouvelle-France, évoque que "Napoléon Bonaparte a envisagé une expédition dans le contexte de l'échec de l'expédition à Saint-Domingue, mais qu'il y avait une flotte qui devait également appareiller pour aller directement à La Nouvelle-Orléans. Il y avait deux-cents médailles pour les Amérindiens, preuve que l'on voulait aussi rétablir une influence française sur la base de ces anciennes alliances".

Comment expliquer la permanence de la langue et de la culture françaises en Louisiane malgré une occupation assez courte ? Qui sont les Cadiens et les réfugiés dominguois, et comment ont-ils fait de la Louisiane le berceau d’une identité unique ? Pourquoi l’histoire de la Louisiane doit-elle nécessairement être resituée dans celle de la Nouvelle-France ?

Le Pourquoi du comment : histoire
4 min

Pour en parler

Cécile Vidal est directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l'histoire de la colonisation dans l’espace atlantique.
Elle a notamment publié :

Gilles Havard est directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l’histoire de la Nouvelle-France.
Il a notamment publié :

Pour aller plus loin

Cécile Vidal et Gilles Havard ont coécrit un ouvrage :

Le Pourquoi du comment : histoire

Toutes les chroniques de Gérard Noiriel sont à écouter ici.

Le Pourquoi du comment : histoire
3 min

Références sonores

  • Extrait d'un sketch du groupe d'humoristes Les Nuls, Canal +, 1987.
  • Archive sur René-Robert Cavelier de La Salle dans La Tribune de l'histoire, 1993
  • Archive sur la fondation de La Nouvelle-Orléans dans La Matinée des autres, France Culture, 1981
  • Extrait du film Que la fête commence de Bertrand Tavernier, 1975
  • Chanson Dedans le sud de la Louisiane par Les Frères Michot, 2013
  • Générique de l'émission : Origami de Rone

L'équipe