18 novembre 1957 : le ministre français de la Défense nationale, Jacques Chaban-Delmas, entouré de soldats, visite la Casbah d'Alger
18 novembre 1957 : le ministre français de la Défense nationale, Jacques Chaban-Delmas, entouré de soldats, visite la Casbah d'Alger
18 novembre 1957 : le ministre français de la Défense nationale, Jacques Chaban-Delmas, entouré de soldats, visite la Casbah d'Alger ©Getty - Keystone-France/Gamma-Keystone
18 novembre 1957 : le ministre français de la Défense nationale, Jacques Chaban-Delmas, entouré de soldats, visite la Casbah d'Alger ©Getty - Keystone-France/Gamma-Keystone
18 novembre 1957 : le ministre français de la Défense nationale, Jacques Chaban-Delmas, entouré de soldats, visite la Casbah d'Alger ©Getty - Keystone-France/Gamma-Keystone
Publicité
Résumé

Comment l’armée française s’est-elle servie de l’architecture comme d’une arme pour empêcher toutes tentatives révolutionnaires lors de la guerre d’Algérie ? Aujourd'hui Le Cours de l'histoire explore les rêves et cauchemars liés à l’architecture.

avec :

Samia Henni (historienne et théoricienne de l’architecture, maîtresse de conférences à l’université Cornell aux Etats-Unis), Michel Lallement (Sociologue, professeur titulaire de la chaire d'Analyse sociologique du travail, de l'emploi et des organisations au Cnam.).

En savoir plus

Pour se rendre sur une île, il faut traverser la mer, parfois un océan. C’est un passage, un déplacement, une traversée. Une fois arrivés sur cette île, nous nous trouvons coincés entre deux immensités, celle du ciel et celle de l’eau. Nous sommes entre deux bleus. Au XVIe siècle, c’est sur une île que l’humaniste Thomas More place sa société idéale, son utopie. Un lieu au milieu de nulle part, coupé de tout, loin des tracas de ce monde.

Pourtant, il faut parfois se méfier des îles. Dans celle des esclaves, que Marivaux décrit au XVIIIe siècle, il y a de la servitude dans l’isolement. Il faut se méfier également des sociétés idéales, surtout quand elles sont organisées par les autorités et, plus encore, par l’armée. Ce fut le cas en Algérie dans les années 1950, pendant la guerre, de l’autre côté de la mer, mais loin de l’utopie. 

Publicité

Nous recevrons aujourd'hui Samia Henni, historienne et théoricienne de l’architecture, maîtresse de conférences à l’université Cornell aux Etats-Unis. Nous aborderons avec elle comment durant la guerre d’Algérie, l’armée a œuvré directement sur l'architecture du pays afin de contrôler les populations locales, une thèse quelle décrit dans son ouvrage Architecture de la contre-révolution. L’armée française dans le nord de l’Algérie, publié aux éditions B42, 2019.

De nos jours que signifie concrètement vivre et travailler dans une communauté utopique ? C'est ce nous verrons en compagnie de Michel Lallement, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations et membre du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (CNRS), il est l’auteur d’Un désir d’égalité, vivre et travailler dans des communautés utopiques, aux éditions du Seuil, 2019

Sons diffusés :

Archives : 

  • « Alger et ses contrastes » Actualités françaises, 1948
  • L'inauguration de la cité Diar El Masoul, RTF, 03/10/1955

Extrait de film : Pépé le Moko de Julien Duvivier

Musiques : 

  • Utopia par Bjork 
  • San Francisco de Maxime le Forestier
Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Collaboration
Marion Dupont
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Camille André
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Anaïs Kien
Production déléguée