William Shakespeare sur scène, représenté sur une carte à collectionner de 1921
William Shakespeare sur scène, représenté sur une carte à collectionner de 1921 ©Getty - Culture Club
William Shakespeare sur scène, représenté sur une carte à collectionner de 1921 ©Getty - Culture Club
William Shakespeare sur scène, représenté sur une carte à collectionner de 1921 ©Getty - Culture Club
Publicité

Avec ses pièces historiques, William Shakespeare couvre près d'un siècle d'histoire anglaise. Fin de la royauté médiévale, reconstruction politique, guerre des Deux-Roses, le dramaturge peint une fresque sanglante du passé pour mieux glorifier le temps présent.

Avec
  • Dominique Goy-Blanquet Professeur émérite de littérature élisabéthaine à l'Université de Picardie
  • Pascal Brioist Professeur d’histoire moderne à l’université de Tours et membre du Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR)

La pièce Henry V s’ouvre avec un chœur qui s’exclame : "Oh ! que n’ai-je une muse de flamme qui s’élève jusqu’au ciel le plus radieux de l’invention ! Un royaume pour théâtre, des princes pour acteurs, et des monarques pour spectateurs de cette scène transcendante !" La pièce est écrite par Shakespeare en 1599, mais elle porte sur des événements antérieurs, du XVe siècle, particulièrement la bataille d’Azincourt en 1415. Elle est traduite, entre autres, en 1873 par François-Victor Hugo, fils de Victor. L’histoire nécessite de réfléchir sur le temps et Shakespeare en est un bon exemple, mais est-il historien ? Il est dans l’histoire, c’est certain.

Une réflexion sur le pouvoir

À partir de 1591, William Shakespeare commence à écrire ses Histoires, à travers lesquelles il dépeint un siècle d’histoire anglaise, du règne de Richard II à celui de Richard III. Cette fresque sanglante retrace les conflits entre les maisons d’York et celle de Lancastre, une guerre civile discontinue qu’il est coutume d’appeler aujourd’hui guerre des Deux-Roses. Selon Dominique Goy-Blanquet, professeure de littérature élisabéthaine, "l'enchaînement des pièces historiques [de Shakespeare] est une réflexion sur la nature du pouvoir, comment on l'a, comment on le garde."

Publicité

Shakespeare n’hésite pas à peupler ces drames historiques de fantômes, d’esprits vengeurs, de rêves prémonitoires et de signes troublants. L’histoire, au XVIe siècle, n’est pas encore une discipline scientifique rigoureuse qui vise la vérité. Elle se confond avec le mythe, le providentialisme, le souci d’éduquer le public et d’éveiller chez lui des sentiments patriotiques. L'historien Pascal Brioist souligne qu'au XVIe siècle, "il y a cette idée nouvelle d'une histoire cyclique. Le passé apporte, pense-t-on, des solutions pour le présent."

Reconstruire le présent

L’histoire, comme la scène, font office de "théâtres du monde" sur lesquels se déchaînent les vices et les vertus des hommes. Les pièces historiques de Shakespeare décrivent, en contrepoint, l’irrésistible ascension de la dynastie Tudor au pouvoir comme l’avènement d’un nouvel âge d’or après des décennies de chaos. Shakespeare ne se contente pas de raconter l’histoire passée du royaume, il évoque aussi son glorieux présent. 

Pour Dominique Goy-Blanquet, "Shakespeare imagine que le temps peut travailler à reconstruire. C'est un thème qui se développe dans le reste de son œuvre. Le temps détruit, mais le temps recrée également. Une génération remplace une autre. C'est un point sensible de ses pièces historiques. Elles se terminent à chaque fois par un tas de cadavres et des mariages."

Sur quelles sources Shakespeare s’est-il appuyé pour composer ces drames historiques ? Comment étaient-ils mis en scène au XVIe siècle ? Quelle est la portée allégorique et symbolique de ces pièces ? Nos invités, Pascal Brioist et Dominique Goy-Blanquet, nous emmènent à la découverte du Shakespeare historien.

À écouter aussi : William Shakespeare

Intervenant·e·s

Pascal Brioist est professeur d’histoire moderne à l’université de Tours et membre du Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR). Il est l'auteur de :

Dominique Goy-Blanquet est professeure émérite de littérature élisabéthaine à l'Université de Picardie, spécialiste du Moyen Âge européen et du théâtre de Shakespeare. Elle a publié :

Références sonores

  • Archive d'une interprétation radiophonique de Richard III de William Shakespeare - France Culture, 18 novembre 1964
  • Archive de Patrice Chéreau à propos de Richard II et sa portée historique dans Les trois coups - RTF, 1er février 1970
  • Lecture d'un extrait de William Shakespeare de Victor Hugo, 1864, lu par Daniel Kenigsberg
  • Extrait du film Henri V de Kenneth Branagh, 1989, avec la voix de Gérard Depardieu dans la version française
  • Lecture d'un extrait de la pièce Henry V de William Shakespeare, 1599, lu par Pierre-Marie Baudoin

L'équipe