Supermarchés, une histoire sous cellophane. Fini le cabas, bonjour le caddie ! : épisode 3/3 du podcast Une histoire de la consommation

Photographie de 1950 représentant les premiers supermarchés et l'arrivée du libre-service pour les consommateurs
Photographie de 1950 représentant les premiers supermarchés et l'arrivée du libre-service pour les consommateurs ©Getty - Orlando
Photographie de 1950 représentant les premiers supermarchés et l'arrivée du libre-service pour les consommateurs ©Getty - Orlando
Photographie de 1950 représentant les premiers supermarchés et l'arrivée du libre-service pour les consommateurs ©Getty - Orlando
Publicité

La grande distribution apparaît dans les années 1920 aux États-Unis et est importée en France après la Seconde Guerre mondiale. En 1963, l'entreprise française Carrefour invente l'hypermarché. Libre-service, produits préemballés, caddies, des innovations qui révolutionnent la manière de consommer !

Avec
  • Florence Hachez-Leroy Historienne des entreprises, des sciences et des techniques, maîtresse de conférences à l’Université d’Artois, chercheuse au Centre de recherches historiques (EHESS)
  • Jean-Claude Daumas Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté, auteur du « Dictionnaire historique des patrons français » (ed. Flammarion).

Le 26 juin 1951, le journal L’Aube propose un bon moyen pour relever le pouvoir d’achat, il n’est pas besoin d’augmenter les salaires, il suffit de réduire le coût de la distribution commerciale : "Un des exemples les plus convaincants à cet égard est donné par les supermarchés américains, importants magasins où se vendent tous les produits et denrées d’usage quotidien (alimentation, produits de toilette et d’entretien, etc.) selon la formule du libre-service dans la totalité ou la plus grande partie des rayons." À bas le cabas, voici le caddie, c’est la révolution des supermarchés !

En quoi la grande distribution contribue-t-elle à l'établissement d'une société de consommation de masse et quels en sont les enjeux sanitaires et écologiques ?

Publicité

Le commerce traditionnel touche-t-il à sa fin ?

Pour comprendre la rupture que représente l’apparition de la grande distribution, il faut en revenir au commerce traditionnel, et à l’épicerie de quartier, qui ne propose jusque dans les années 1950 qu’un petit nombre de produits. La qualité et l'hygiène ne sont pas toujours au rendez-vous, les clients sont servis par un vendeur, font leurs courses plusieurs fois par semaine, et achètent des produits en petite quantité. La maison fait généralement crédit d’une semaine sur l’autre.

Les emballages alimentaires, eux aussi, ne ressemblent pas encore à ce que tout consommateur connaît aujourd’hui. Généralement liés au début de leur histoire à un usage militaire, car ils permettent de conserver les aliments plus longtemps et de les transporter facilement, ils sont peu à peu utilisés également par le commerce de bouche. Ils connaissent néanmoins leur véritable heure de gloire avec l’apparition de la grande distribution. Florence Hachey, maîtresse de conférence à l'université d’Artois, retrace l'évolution des emballages alimentaires en précisant que "la guerre est fondamentale dans l’histoire de l’emballage. Napoléon Ier lance un concours pour trouver un moyen de conserver correctement les aliments afin de pouvoir emmener des rations au cours des conquêtes militaires : c’est le début de la boîte de conserve et de la conservation qui commence par des bocaux en verre et ensuite des boîtes en métal. Pendant la Première Guerre mondiale, les poilus s’habituent à manger dans des boîtes de conserve et la Seconde Guerre mondiale pousse les industriels à concevoir de nouveaux emballages : les emballages mixtes apparaissent, on contrecolle de l’aluminium avec du plastique ou du papier et parfois du goudron."

La Grande table idées
34 min

L'arrivée de la grande distribution : réapprendre à consommer

En 1949, Édouard Leclerc ouvre à Landerneau, en Bretagne, le premier "centre distributeur Leclerc", et invente au passage le concept de magasin discount. En 1959, le premier supermarché Carrefour ouvre à Annecy, fondé par Marcel Fournier et les frères Defforey. La diffusion sur le territoire français de ces nouveaux lieux de consommation se fait peu à peu, tandis que les clients apprennent à apprivoiser les innovations de la grande distribution : le libre-service, les produits préemballés, le caddie, les caisses-enregistreuses… Déroutés au début - certains clients demandent qu’on mette en place un sens de circulation dans les magasins face à la recrudescence de carambolages de chariots ! -, les consommateurs s’habituent peu à peu à ces magasins d’un genre nouveau, qui conditionnent un autre modèle de consommation, celui de la consommation de masse. Jean-Claude Daumas, professeur émérite d’histoire économique contemporaine, relate les problèmes soulevés par l'arrivée des supermarchés en Europe : "En Italie, les gens sont au départ très sceptiques et très méfiants devant les produits emballés, non pas pour des raisons de quantité, mais pour des raisons de poids : ils sont convaincus qu’il y a triche sur le poids des marchandises puisqu’on ne les pèse pas devant eux. C’est pour cette raison que des balances vont être installées dans les magasins, de manière à ce que le consommateur puisse peser lui-même les produits qu’il choisit. En France, le maniement du charriot pose problème, les gens se plaignent des embouteillages dans les allées des supermarchés, le trop grand nombre de produits les gêne également, et les supermarchés n’ont pas baissé leurs prix par rapport à l’épicerie traditionnelle. Il faut attendre 1963 pour l’arrivée du discount."

À réécouter : Le chariot
40 objets de la mondialisation
3 min

Pour en parler

Jean-Claude Daumas est professeur émérite d’histoire économique contemporaine à l’Université de Franche-Comté et membre honoraire de l'Institut universitaire de France.
Il a notamment publié :

Florence Hachey-Leroy est maîtresse de conférence à l'université d’Artois et chercheuse au Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés.
Elle a notamment publié :

Références sonores

  • Extrait du film Quelques jours avec moi de Claude Sautet, 1988
  • Extrait du film Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, 1990
  • Archive sur le salon de l'emballage, ORTF, 1949
  • Extrait de la chanson "Le dragueur des supermarchés" de Jacques Dutronc
  • Archive d'Édouard Leclerc sur les circuits de distribution, RTF, 1959

Générique de l'émission : Origami de Rone

L'équipe