Des scouts prennent le train pour se rendre au septième Jamboree Scout Mondial en Autriche en 1951.
Des scouts prennent le train pour se rendre au septième Jamboree Scout Mondial en Autriche en 1951. - AFP
Des scouts prennent le train pour se rendre au septième Jamboree Scout Mondial en Autriche en 1951. - AFP
Des scouts prennent le train pour se rendre au septième Jamboree Scout Mondial en Autriche en 1951. - AFP
Publicité

Né au début du XXe siècle, le scoutisme devient un mouvement de formation pour la jeunesse massif qui valorise la débrouillardise, l'entraide et la coopération. Tout d'abord d'initiative religieuse, le scoutisme développe des formes non-chrétiennes, avec toujours à cœur l'émancipation des enfants.

Avec
  • Julien Fuchs Professeur à l'université de Brest

Toujours prêt ! En 1921, le révérend père Sevin écrit : "Chantez donc, scouts de France : une troupe qui ne chante pas est une troupe qui ne marche pas." Alors chantons : "Va scout de France, /  Et ton bâton en main, / Va-t’en sur la route / Prêcher la loi scoute / Aux pauvres du grand chemin !" Alors chantons, mais racontons surtout l'histoire scoute.

D'où vient le scoutisme ?

L’idée du scoutisme serait née lors du siège de Mafeking en Afrique du Sud durant la Seconde Guerre des Boers. L’officier de commandement Robert Baden-Powell parvient à sauver la ville en utilisant les jeunes comme messagers, observateurs, sentinelles et éclaireurs. Après la guerre, Baden-Powell rend compte de ses observations dans un petit fascicule destiné aux militaires intitulé Aids to scouting. Il poursuit sa réflexion sur un mouvement de jeunesse qui enseignerait aux enfants la débrouillardise, la foi en Dieu, l’entraide, l’amour de la nature. L’idéal d’une vie chevaleresque sous-tend ce projet de formation, qui se veut à la fois civique, religieux et moral. Un premier camp scout a lieu sur une île du Dorset et, rapidement, les jeunes se groupent en patrouilles puis en troupes. Ils adoptent l’uniforme imaginé par Baden-Powell, inspiré par celui de la police sud-africaine : culottes courtes, foulard de couleur et chapeau à larges bords. Le scoutisme est né.

Publicité

Le scoutisme s’importe en France durant les années 1910 et de grandes figures charismatiques comme celle du père Jacques Sevin structurent la naissance de ce mouvement. Le scoutisme gagne rapidement en popularité et les enfants sont séduits par ce mouvement qui leur offre l’aventure et l’émancipation.

Christophe Carichon raconte que "le scoutisme doit être ouvert à tous, quelles que soient sa confession, sa race, dit-on à l'époque, ou sa catégorie sociale. On essaye – en tout cas, ce sont les vœux pieux – de mélanger les différentes classes sociales et surtout de ne pas regarder d'où vient l'enfant qui s'inscrit dans une troupe scoute ou dans une compagnie de guides."

L'apport des mouvements de jeunesse dans l'histoire de l'éducation

Dans l’histoire de l’éducation, les mouvements de jeunesse et les colonies de vacances s’inscrivent en faux contre les pédagogies scolaires de la Troisième République qui valorisent l’intellectualisme. Julien Fuchs relève toutefois que "les instituteurs vont comprendre que, dans les mouvements de jeunesse, il y a la possibilité de renouveler la manière dont ils voient l'éducation des enfants." Julien Fuchs explique également qu’associer les enfants à leur propre formation est une autre innovation de ces mouvements : "les enfants sont consultés, c'est eux qui, parfois, définissent les programmes, disent quelles activités ils ont envie de faire, etc."

Quel idéal de formation le scoutisme propose-t-il aux enfants ? Comment le scoutisme a-t-il réussi à s’adapter aux changements de mœurs et à la déchristianisation de la société française ? Comment l’idéal de fraternité transnationale porté par le scoutisme a-t-il été éprouvé lors de l’Occupation, puis des années de réconciliation franco-allemande et de construction européenne ? Les enfants d’aujourd’hui sont-ils encore séduits par les valeurs scoutes ? Nous en discutons avec nos invités, Christophe Carichon et Julien Fuchs.

Intervenants

Christophe Carichon est historien, professeur de lycée en Anjou, aux Ponts-de-Cé et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique de l’université de Bretagne occidentale à Brest. Il a notamment publié :

Julien Fuchs est professeur des universités, membre du Centre de recherche sur l'éducation, les apprentissages et la didactique (CREAD). Il est notamment l'auteur de :

Références sonores

  • Archive de François Bloch-Lainé qui s'entretient avec Philippe Garbit dans Lieux de mémoire - France Culture, 6 novembre 1997
  • Archive d'Antoine de Caunes dans le rôle de Ouin-Ouin - CanalPlus, 27 février 1991
  • Archive de Lord Baden Powell qui adresse un message aux scouts de France en 1936
  • Musique "Dans la troupe", extrait du film La Petite Voleuse de Claude Miller, 1988
  • Archive de Jean Debruynne, aumônier des Scouts de France, interrogé par Jacques Chancel dans Radioscopie - France Inter, 25 octobre 1976
  • Extrait du film Scout toujours... de Gérard Jugnot, 1985
  • Musique Cantique des patrouilles par la Chorale franco-allemande de Paris
  • Archive sur les colonies de vacances dans le Journal - Actualités Françaises, 3 juillet 1957

L'équipe