L'expulsion des Maures par le port de Vinaròs, tableau de Pere Oromig et Francisco Peralta, 1613 ©Getty - PHAS / Universal Images Group
L'expulsion des Maures par le port de Vinaròs, tableau de Pere Oromig et Francisco Peralta, 1613 ©Getty - PHAS / Universal Images Group
L'expulsion des Maures par le port de Vinaròs, tableau de Pere Oromig et Francisco Peralta, 1613 ©Getty - PHAS / Universal Images Group
Publicité
Résumé

Obsédée par le renforcement religieux de la Couronne espagnole, l’Inquisition remet en doute la sincérité de la foi des marranes et des morisques, populations juives et musulmanes converties au christianisme. Traquées, menacées, torturées, elles sont successivement contraintes à l’exil.

avec :

Natalia Muchnik (directrice d'études à l'EHESS).

En savoir plus

Du VIIIe siècle jusqu'au XVe, l'Espagne accueille plusieurs religions. Des chrétiens, des juifs, des musulmans. Dans cette histoire de Reconquista, il y a l'Inquisition. Il y a des marranes, il y a des morisques. Quelles sont leurs trajectoires d'exil ?

Les chrétiens nouvellement convertis, suspects de l'Inquisition espagnole

L’année 1478 marque le coup d’envoi de l'Inquisition espagnole. Cette juridiction ecclésiastique doit renforcer la couronne d’Espagne par l'affirmation de sa rectitude religieuse et assurer la "pureté du sang" au sein du royaume. Le champ des hérétiques s’élargit et une part conséquente de la population est menacée par les persécutions.

Publicité

Les non-chrétiens ne sont pas les seules cibles des inquisiteurs. Les populations nouvellement converties au christianisme sont fortement suspectées d’incroyance et sont mises sous étroite surveillance. Les marranes, des populations juives que la menace et la torture ont converti au christianisme à la fin du XIVe siècle, sont les premiers à être menacés par l’Inquisition. Les morisques, des musulmans nouvellement convertis, font l’objet des mêmes soupçons.

"L'Inquisition joue sur le fait que quelqu'un d'origine musulmane ou juive est suspect de pratiquer en secret", explique l’historienne Natalia Muchnik. "Il y a la poursuite des hérésies, qui est la raison d'être de l'Inquisition au départ. Il y a aussi des motifs politiques. L'Inquisition espagnole a cela de particulier par rapport à l'Inquisition médiévale, qu'elle est étroitement liée au pouvoir. Elle dépend du souverain et non pas du pape. Elle est aussi étroitement liée à l'économique parce que, quand quelqu'un est arrêté, on séquestre ses biens."

L'exil des marranes et des morisques

Ces supposés crypto-juifs et crypto-musulmans sont traqués, menacés, torturés, et finalement poussés à l’exil par un royaume obsédé par la plus stricte des orthodoxies. De l’Amérique aux Provinces-Unies, de l’Empire ottoman à l’Angleterre protestante, morisques et marranes se dispersent et ont parfois représenté un atout de choix dans la diplomatie religieuse des pays qui les ont accueillis.

"Entre 250 000 et 300 000 morisques auraient été expulsés d'Espagne. Ils étaient surtout concentrés dans le royaume de Valence, où ils devaient représenter à peu près 15% de la population. Ils vont s'installer majoritairement dans l'actuelle Tunisie, une partie au Maroc, d'autres dans la République de Salé et une autre partie à Alger", précise l'historien Youssef El Alaoui.

Comment les trajectoires marranes et morisques se distinguent-elles l’une de l’autre ? Pourquoi ces trajectoires d’exils ont-elles pris une connotation fortement politique dans l’Europe du XVIe siècle ? Comment ces exilés ont-ils vécu leur foi après les persécutions de l’Inquisition ?

Nos invité·e·s

Natalia Muchnik est directrice d’études à l’EHESS. Elle a notamment publié :

Youssef El Alaoui est maître de conférences en civilisation espagnole et hispano-américaine XVIe-XVIIe siècles à l’Université de Rouen Normandie. Il a notamment publié :

Sons diffusés dans l'émission

  • Archive sur Isabelle de Castille présentée dans l'émission Les faiseurs d'histoire sur France Inter le 29 mars 1982
  • Chanson Ya 'adili billah par Amina Alaoui
  • Extrait du film Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury, sorti en 1973
  • Lecture par Pierre-Marie Baudoin d'un extrait de La Vallée des pleurs de Joseph ha-Cohen d'Avignon, 1575
  • Chanson Les Clés de Tolède par Enrico Macias
  • Lecture par Pierre-Marie Baudoin d'un extrait des Mémoires du Cardinal de Richelieu au sujet de l'année 1610
Références

L'équipe

Xavier Mauduit
Production
Anne-Toscane Viudes
Production déléguée
Jeanne Delecroix
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Marion Dupont
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Production déléguée