Vivre et laisser mourir

France Culture
France Culture
Publicité
Lucrèce
Lucrèce

Faire de la philosophie, c’est regarder en face ce qu’ordinairement nous nous attachons à ne pas voir. Or de quoi s’agit-il en premier lieu ? De la mort. Qui s’aventure à parler de la mort ne peut que déplaire. A moins, comme le fait Lucrèce, d’écrire en vers, d’enrober de miel l’absinthe de son propos, de créer un régal de lecture avec un propos en lui-même insoutenable.

C’est le paradoxe (et la grandeur de Lucrèce) : comme pour Carmen, l’opéra qui met en joie en disant des choses affreuses, la matière de son texte est aux antipodes de la manière de son texte. Son enseignement est un supplice, sa lecture est un délice. Sa lucidité est insupportable, son talent est enchanteur. Pas moyen, pour faire semblant de ne pas comprendre, de se réfugier derrière un jargon. Ici, tout est clair.

Publicité

A la lecture : Julie-Marie Parmentier

A la réalisation : Philippe Baudouin

Tyler Bates - "The agoge" (BO de 300)

Schubert - "Schwanengesang D 957 : Ständchen" (interprété par Antonio Pappano)

Extrait du film "Kill Bill 2"

Ennio Morricone - "L'arena"

Extrait du film "Buried"

Hanto Beat - "Schubert sample beat #28"

Ella Fitzgerald & Louis Armstrong - "They can't take that away from me"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe