L'aéroport d'Orly hier et aujourd'hui - Julien Donada
L'aéroport d'Orly hier et aujourd'hui - Julien Donada
L'aéroport d'Orly hier et aujourd'hui - Julien Donada
Publicité
Résumé

L'aéroport Orly, à l'avant garde du progrès, annonçait le futur, le futur radieux de ces Trente Glorieuses gonflées d'elles-mêmes, persuadées que la modernité libérerait l'homme. Qu'en est-il aujourd'hui ?

avec :

Christian Lambert, Nathalie Roseau (professeure associée de l’Ecole des Ponts ParisTech, chercheure au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés, co-animatrice du Groupe Transversal « Inventer le Grand Paris, Histoire croisée des métropoles » (Labex Futurs Urbains)), Sonia Benkelil (hôtesse au sol à Orly).

En savoir plus

Difficile de se replonger dans ce temps où prendre l'avion voulait dire appartenir à l'élite et être projeté, le temps d'un vol, dans la modernité la plus absolue.

Quand vous n'avez pas peur du crash et n'êtes pas obligés d'avaler trois Xanax, prendre l'avion à Orly, c'est subir au choix un trajet en RER avec changement à Antony et une valise à traîner dans les couloirs de l'Orlyval ou des embouteillages dans un taxi sur l'A6 avant de piétiner une bonne heure avec 300 autres personnes dans une file qui tortillonne devant des hôtesses débordées. Une fois délestés de vos 23 kg maximum sous peine de surtaxe, de nouveau, il faut reprendre sa place cette fois dans la file des contrôles de sûreté, enlever ses chaussures, sa ceinture et ses colifichets au vu et au su de tout l'aéroport.

Publicité

Alors qui se souviendra, dans de telles conditions, que les hôtesses d'Air France étaient habillées de Dior, ce 24 février 1961 lors de l'inauguration de la somptueuse aérogare d'Orly ? Que l'aérogare, Versailles des temps modernes, faisait étale de matériaux luxueux, acier, verre, marbre, serpentine, aluminium doré estampillé "blond Orly", qu'on y inventait le système qui allait révolutionner le transport aérien, celui de l'enregistrement des bagages à des comptoirs prévus à cet effet ?

L'aéroport Orly, à l'avant garde du progrès, annonçait le futur, le futur radieux de ces Trente Glorieuses gonflées d'elles-mêmes, persuadées que la modernité libérerait l'homme. L'aéroport, immense halle à la sobriété et l'élégance moderne, incarnait même la ville du futur, celle qui offrirait tout sous un même toit et d'ailleurs, c'est toute une ville qu'on trouvait, au début des années 60, à Orly.

Crédits images : Aéroports de Paris

_Crédits images : Julien Donada
_

Une minute à Orly :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Camille Juza
Production
Lionel Quantin
Réalisation