Publicité
En savoir plus

Mardi soir vers 22h00 Lisbonne, l'Union européenne, la Banque Centrale Européenne et le FMI sont tombés d'accord sur le montant de l'aide d'urgence au Portugal. Le pays recevra une 78 milliards d'euros pour réduire sa dette et devra mettre en place un programme d'économies sur 3 ans. Mais à 1 mois de législatives anticipées, le premier ministre démissionnaire Jose Socrates a expliqué que les contreparties à cette aide seraient un peu moins douloureuses que prévu. Il ne sera pas question, notamment, de diminuer les salaires des fonctionnaires et de supprimer la prime de Noël de relever l'âge de la retraite ou d'imposer plus fortement les pensions des retraités.Les questions après la mort de Ben Laden

48 heures après l'annonce de Barack Obama, son porte-parole à la Maison-Blanche corrige la version officielle sur la mort de Ben Laden. Le chef d'Al Qaida n'était pas armé lors de l'assaut contre sa maison pakistanaise et il n'a pas utilisé sa femme comme bouclier humain qui a seulement été blessée. Les autorités américaines hésitent à publier les photos du corps de la Ben Laden qui a reçu une balle dans l'oeil. Ces clichés seraient "atroces". Des parlementaires américains, le directeur de la CIA Leon Panetta ou encore le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé critiquent ouvertement le double-jeu des autorités pakistanaises. Ce mercredi Nicolas Sarkozy reçoit le premier ministre pakistanais à l'Elysée.Commentaire de David Endelmann, rédacteur en chef à New York de la revue de politique étrangère World Policy Journal .

Publicité

4 euros nets de l'heure, les avocats se mobilisent

Mercredi les avocats veulent se mobiliser à coup de grèves ou de manifestations pour dénoncer les nouveaux tarifs de l'aide juridictionnelle générés par la réforme de la garde à vue. En effet, l'avocat peut être présent pendant toute la procédure, c'est à dire jusqu'à 24 heures. Selon les calculs des avocats, ils ne toucheraient que 4 euros nets de l'heure.

Le concept de "dangerosité" est-il dangereux ?

Le contrôleur des lieux de privation de liberté Jean-Marie Delarue a publié son rapport pour 2010 où il dénonce "l'industrialisation de la captivité", le manque de soins psychiatriques en détention et l'absence de directives nettes pour les mineurs délinquants. Jean-Marie Delarue critique aussi le concept de "dangerosité" appliqué à ceux qui purgent leur peine.

Références

L'équipe

Frédéric Métézeau
Collaboration
Véronique Pellerin
Collaboration