Le meeting de Benoît Hamon place de la République le 19 avril 2017.
Le meeting de Benoît Hamon place de la République le 19 avril 2017.
Le meeting de Benoît Hamon place de la République le 19 avril 2017. ©AFP - CITIZENSIDE / SADAK SOUICI / CITIZENSIDE
Le meeting de Benoît Hamon place de la République le 19 avril 2017. ©AFP - CITIZENSIDE / SADAK SOUICI / CITIZENSIDE
Le meeting de Benoît Hamon place de la République le 19 avril 2017. ©AFP - CITIZENSIDE / SADAK SOUICI / CITIZENSIDE
Publicité
Résumé

Le candidat socialiste, distancé dans les sondages, a joué son va-tout hier place de la République, et tente de résister dans une campagne atone.

En savoir plus

Résister au vote utile, aux pronostics des sondages, c'est la stratégie de Benoît Hamon. Hier il a affirmé avoir rassemblé 20.000 sympathisants sur la place de la République à Paris, réunion publique suivie par Ludovic Piedtenu.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Emmanuel Macron tente de faire la différence avec des Le Pen ou des Mélenchon sur le dossier européen notamment. Pas question de claquer la porte des 28 pour le candidat d'En Marche, épaulé hier par Daniel Cohn Bendit. Reportage à Nantes d'Antoine Marette.

Publicité

Nous nous arrêtons également ce matin sur une thématique forte, l'emploi, avec une ville où l'on embauche, Toulouse, Corinne Cutilla nous expliquera pourquoi.

Et avec Anne-Laure Chouin nous verrons à quel point la question du coût du travail divise les onze candidats.

Nous poursuivrons enfin notre série "la campagne vu d'ailleurs". Après l'Allemagne et les Etats-Unis, nous irons en Russie où l'on s'intéresse surtout à la candidature de Marine Le Pen nous dira notre correspondant à Moscou Claude Bruillot.

A LIRE La présidentielle française vue d'ailleurs

L'actualité ce matin, c'est aussi la France qui affirme avoir les preuves que le régime de Bachar Al Assad en Syrie est responsable de l'attaque chimique contre Khan Cheikhoun. Précisions de Valérie Crova.

Des populations au Nigéria vivent en ce moment une situation désespérée, obligées de fuir les combats entre l'armée et les djihadistes de Boko Haram, nous racontera Laurent Sury de MSF.

Références

L'équipe

Martin Desclozeaux
Réalisation
Amélie Perrier
Journaliste