Les délégués arrivent au King Abdulaziz Center de Ryad aujourd'hui. Le tourisme est un des secteurs privilégiés du développement de l'Arabie Saoudite qui vient d'ouvrir les visas pour la première fois
Les délégués arrivent au King Abdulaziz Center de Ryad aujourd'hui. Le tourisme est un des secteurs privilégiés du développement de l'Arabie Saoudite qui vient d'ouvrir les visas pour la première fois ©AFP - Fayez Nureldine
Les délégués arrivent au King Abdulaziz Center de Ryad aujourd'hui. Le tourisme est un des secteurs privilégiés du développement de l'Arabie Saoudite qui vient d'ouvrir les visas pour la première fois ©AFP - Fayez Nureldine
Les délégués arrivent au King Abdulaziz Center de Ryad aujourd'hui. Le tourisme est un des secteurs privilégiés du développement de l'Arabie Saoudite qui vient d'ouvrir les visas pour la première fois ©AFP - Fayez Nureldine
Publicité

Avec 6000 personnes de 30 pays au Forum de Ryad, l'affluence est deux fois plus importante qu’en 2017 : preuve que le « Davos du Désert » saoudien a passé le cap de l’affaire Khashoggi, lorsque le pays risquait des sanctions. Elle n'inquiète plus les investisseurs ; peut-elle les attirer ?

Avec
  • Samir Aïta économiste, rédacteur en chef et directeur général de l’édition arabe du Monde Diplomatique, président du Cercle des économistes arabes, directeur général de A Concept/Mafhoum, une société de conseil en économie et technologies de

L'équipe

Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production