Un passager se fraie un chemin, alors que la police a rouvert hier les barrages mis en place par les manifestants à proximité de l'aéroport international
Un passager se fraie un chemin, alors que la police a rouvert hier les barrages mis en place par les manifestants à proximité de l'aéroport international
Un passager se fraie un chemin, alors que la police a rouvert hier les barrages mis en place par les manifestants à proximité de l'aéroport international  ©AFP - Philip Fong
Un passager se fraie un chemin, alors que la police a rouvert hier les barrages mis en place par les manifestants à proximité de l'aéroport international ©AFP - Philip Fong
Un passager se fraie un chemin, alors que la police a rouvert hier les barrages mis en place par les manifestants à proximité de l'aéroport international ©AFP - Philip Fong
Publicité
Résumé

Un aéroport bloqué pour la troisième fois, un tourisme en baisse de 13 %, des commerçants de centre-ville inquiets et des opérations financières reportées : après 12 semaines de manifestations, la consommation à Hong-Kong fléchit, le PIB recule... Et la cinquième place financière mondiale résiste ?

avec :

Philippe Le Corre (chercheur au Carnegie Endowment for International Peace et à la Harvard Kennedy School, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et professeur invité à l’ESSEC).

En savoir plus

Dernier signe d'un ralentissement de l'économie à Hong-Kong : une baisse de 11,4 % des ventes au détail en juillet par rapport à juillet 2018, la plus forte chute en trois ans. Selon les mêmes données du gouvernement, la fréquentation touristique elle, a diminué 13 % sur la même période. Certains commerçants du centre ville où se déroulent la plupart des manifestations parlent d’une baisse de 30-40 voire 50 % de leurs ventes.

Après 12 semaines de manifestation, l'économie de Hong-Kong est à la peine. Au deuxième trimestre, le PIB s’est contracté de 0,4 %, une seconde baisse pourrait conduire à la première récession en 10 an. 

Publicité

72 % des investissements étrangers vers la Chine passent par Hong-Kong qui est une plaque tournante  parce qu'elle permet de faciliter différentes transactions via un système légal qui est au cœur du problème aujourd'hui ; sa bourse est capitalisée au même niveau que Shanghai à 4,2 trilliards de dollars, les Belt & Road s'appuient aussi beaucoup sur les marchés  boursiers - Philippe Le Corre 

Les entreprises basées à Hong-Kong sont inquiètes. Selon le Guardian, certaines l'ont fait savoir dans la presse : la Standard Chartered Bank soutenait ouvertement le gouvernement pour sauvegarder l"ordre social" et « conserver à Hong-Kong, son statut de plateforme financière de rang international » ; la semaine précédente, une autre tribune du financier Li Ka Shing appelait à la fin des manifestations "au nom de l'amour".

Conséquence : pour cette année encore, le PIB de sa voisine Shenzen pourrait dépasser celui de Hong-Kong. Le risque de déclassement reste cependant relativement faible. L'activité financière qui représente 90 % du PIB hong-kongais et 85 % des emplois est encore peu touchée, même si par exemple Alibaba aurait reporté une capitalisation de 15 milliards de dollars prévue à la Bourse. Un motif d'inquiétude plus important serait une atteinte à son statut spécial et à son droit particulier plus favorable aux libertés publiques et aux entreprises que le système continental.

Références

L'équipe

Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production