Publicité
En savoir plus

« Dirty Corner », l’une des œuvres présentées depuis le mois de juin au Château de Versailles , et que l’artiste lui-même a présenté comme une évocation symbolique du vagin de la reine, a été une nouvelle fois vandalisée ce week-end. Plusieurs inscriptions antisémites, faisant allusions aux origines juives de l’artiste britannique y ont été apposées dans la nuit de samedi à dimanche. L’artiste a exigé qu’elles soient conservées en l’état. Il dénonce un acte de « haine criminelle » qui le dépossède de son œuvre. Il doit être reçu demain par le président de la République.

Avec Kamel Mennour , de la galerie Kamel Mennour, représentant d’Anish Kapoor,

Publicité

Et Nathalie Heinich , sociologue et chercheur CNRS, spécialiste de l’art contemporain