France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

**Deux distributeurs pakistanais différents ont décidé de ne pas permettre l'un la diffusion du film de Kathryn Bigelow Zero Dark Thirty ,l'autre les séries Homeland * et Last Resort. * Concernant un pays désormais identifié à Oussama Ben Laden, on a tôt fait d'y voir une forme de censure. Sur place, les commentaires révèlent surtout une situation plus tendue et complexe.

Avec ce soir interviewés pour le Journal de la Culture : Mohsin Yaseen , représentant à Islamabad du distributeur et exploitant de salles Cinepax et Asad Qureshi , distributeur chez Media Max (à défaut d'avoir pu parler à celui de Max Media, qui détient les droits d'exploitation des séries télévisées en cause).

Publicité

Une rencontre peu désirée

Le film et les deux séries ont en commun de mettre par moment en scène des groupes islamistes dans un Pakistan où les Etats-Unis opèrent assez librement, que ce soit par opérations aéroportées (Zero Dark Thirty ), attaques de drones (Homeland ), ou même par des frappes nucléaires (Last Resort ).

Or, le pays héberge de fait des militants talibans et, depuis octobre dernier (réécoutez le JDC au début du Rendez-Vous ), une partie de l'opinion publique religieuse est déjà mobilisée dans une défense violente de l'Islam. Huit cinémas de Karachi avaient été incendiés lors des manifestations contre le film L'innoncence des musulmans .

Du côté des autorités qui s'étaient jointes verbalement aux protestations, une certaine volonté réaffirmée de censure, sinon de contrôle des vidéos visionnées au Pakistan se dessine. Elles restreignent depuis lors l'accès au site Youtube qui avait hébergé le film et disaient récemment ne vouloir de nouveau l'autoriser qu'après avoir mis en place un système de filtrage des vidéos.

*Tous les arguments sont-ils bons ? *

Certes, il n'y a rien à voir entre le pamphlet vidéo hâtivement tournée et montée prenant pour prétexte la biographie de Mahomet, et les trois films et séries qui passent par les canaux commerciaux officiels et réputées proposer une vision sinon plus fine, en tous cas moins humiliante pour l'Islam.

Cependant, disent les distributeurs, les diffuser, c'est risquer l'accusation de promouvoir une vision selon laquelle les Etats-Unis font leur police comme ils l'entendent dans un Pakistan présenté comme un camp de terroristes déguisés en hommes de foi.

« La controverse au sujet de *Zero Dark Thirty * a fait le tour des médias internationaux, mais aussi particulièrement ceux du Pakistan. C'est pourquoi nous avons préféré nous tenir hors du jeu », expliquait cet après-midi le représentant du distributeur Cinepax, Mohsin Yaseen . Le communiqué de Max Media – injoignable – va dans le même sens : trop peut-être ?