Anne Imhof, 38 ans seulement,  lauréate du Lion d'or pour son "Faust" au pavillon allemand
Anne Imhof, 38 ans seulement, lauréate du Lion d'or pour son "Faust" au pavillon allemand
Anne Imhof, 38 ans seulement,  lauréate du Lion d'or pour son "Faust" au pavillon allemand ©AFP - Felix Hörhager / DPA
Anne Imhof, 38 ans seulement, lauréate du Lion d'or pour son "Faust" au pavillon allemand ©AFP - Felix Hörhager / DPA
Anne Imhof, 38 ans seulement, lauréate du Lion d'or pour son "Faust" au pavillon allemand ©AFP - Felix Hörhager / DPA
Publicité
Résumé

C'est le pavillon allemand, confié à la très jeune et rebelle Anne Imhof qui a remporté de le Lion d'or de la Biennale de Venise, qui ouvrait ses portes samedi. Le soir 62éme le concours de l'Eurovision sacrait pour al première fois le candidat portugais à Kiev, dans un contexte politique tendu.

En savoir plus

La Biennale d’art de Venise dont c’est cette année la 57 ème édition ouvre chaque année au grand public en livrant son palmarès : cette année il est alleman jusqu’au bout des ongles, puisque sur les 85 pavillons nationaux visibles à Venise cette année, c’est le pavillon allemand confiée à la jeune et rebelle Anne Imhof 38 ans, (c'est l'une des plus jeunes laureates de l'histoire de la manifestation), qui l’a emporté. Son œuvre "Faust" avait unanimement séduit pendant le semaine du vernissage ; elle a transformé le pavillon allemand en prison hi-tech à ciel ouvert, habitée par des danseurs et performers habillés en noir, sortes de zombies robotisés, rampant sous un plancher de verre, esquissant d’impossibles tentatives de fuite. Le pavillon probablement le plus politique de cette Biennale.

"Faust", l'inetrvention d'Anne Imhof au pavillon allemand de la Biennale d'art de Venise
"Faust", l'inetrvention d'Anne Imhof au pavillon allemand de la Biennale d'art de Venise
© AFP - Felix Hörhager / DPA

Anne Imhoff, qui a brièvement remercié sa compagne quand elle a reçu le prix, est emblématique de la programmation plus jeune, plus féminine, plus politique de la commissaire générale, la française Christine Macel, que certains critiques ont moqué pour ses choix « féminins, trop poétiques ». Le Lion d'or pour le meilleur artiste de l'exposition Viva Arte Viva a été décerné, à la surprise de l'artiste lui-même, à l'Allemand Franz Erhard Walther, né en 1939, qui vit et travaille toujours à Fulda, et qui est une figure majeure et respectée à la frontière l’art abstrait et conceptuel. La biennale vient, comme elle le fait de plus en plus ces dernières années, sanctionner avec ce prix le travail d’un vétéran.

Publicité

Autre compétition autre lauréat, l’Eurovision a sacré pour la première fois en 62 ans s le Portugal

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C’est Salvador Sobral, jeune crooner lisboète de 27 ans qui a remporté samedi la finale de l’Eurovision et apporté pour la première fois la victoire à son pays. Au-delà du fait qu’il est souffre d’un souffle au cœur et chante donc avec une fragilité qui a ému les foules, cette victoire et cette 62 eme édition de l’Eurovision confirme que cette grand-messe de la musique européenne, souvent moquée pour ses excès et son côté souvent ringard, conserve intacte sa force symbolique, même l’heure où l’Europe divise. En effet, le jeune lauréat portugais a été accueilli par un bain de foule à son retour au pays, et les sa victoire a fait l’objet de commentaire politiques dithyrambiques et extrêmement forts : « Quand nous sommes très bons, nous sommes les meilleurs parmi les meilleurs", a déclaré le président de la République portugais, Marcelo Rebelo de Sousa. Le premier ministre a surenchéri : "Une page d'histoire a été écrite en portugais ce soir à l'Eurovision. Bravo Salvador! Bravo le Portugal!".

Cette édition de l’Eurovision était en elle-même excessivement politique, puisqu’elle avait lieu à Kiev, la capitale ukrainienne qui a sorti le grand jeu, comptait sur l’évènement pour rayonner dans un contexte de conflit qui perdure avec la Russie. Et qui en a profité pour faire un pied de nez à Poutine : la Russie n’ »tait pas représentée lors de cette édition de l’Eurovision, la candidate russe et son équipe n’ayant pu obtenir de visa.

Enfin, et ce n’est pas négligeable, l’Eurovision reste un succès d’audience important, dans tous les pays et en France, ou ce 62e concours de l'Eurovision, a été suivi samedi sur France 2 par quelque 4,7 millions de téléspectateurs en moyenne, soit la meilleure audience de la soirée, et recueilli 26,3% de part d'audience. C’est presque aussi bien que le débat présidentiel pour France 2.

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Production