Audrey Azoulay, à la sortie du conseil des Minsitres  ©AFP - MIGUEL MEDINA / AFP
Audrey Azoulay, à la sortie du conseil des Minsitres ©AFP - MIGUEL MEDINA / AFP
Audrey Azoulay, à la sortie du conseil des Minsitres ©AFP - MIGUEL MEDINA / AFP
Publicité
Résumé

La ministre de la Culture Audrey Azoulay a confirmé ce weekend la hausse de 5 % du budget de la culture. Ou iront ces crédits ? C'est la question que se posent aujourd'hui les acteurs du secteur.

avec :

Catherine Texier, Denis Gravouil (Responsable emploi-chômage à la CGT), Françoise Benhamou (économiste de la culture, professeure à Sorbonne Paris Nord, co-présidente du Cercle des Economistes.).

En savoir plus

Audrey Auzoulay l'a confirmé sur Itélé ce dimanche, le budget de la rue de Valois va augmenter de 5 % en 2017, ce qui le porterait aux environ de 7,6 milliards d'euros. Une augmentation importante financièrement, mais aussi symboliquement, alors que lors des deux premières années du quinquennat, il avait baissé de 2% et 4%, avant de se stabiliser.

Où ira cet argent, et à qui ? Le ministère ne dévoilera le détail des crédits que le 26 septembre prochain, lors de la présentation du projet de loi de finance pour 2017 en Conseil des Ministres, mais on sait d'ores et déjà qu'une bonne partie de cette hausse viendra alimenter le fameux fonds pour l'emploi de 90 millions d'euros promis aux intermittents après la mobilisation de 2014. Que restera-t-il après le financement de ce fonds ? Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle, craint qu'il ne reste pas grand chose.

Publicité

Du côté de la rue de Valois, on évoque la priorité donné à la démocratisation de la culture notamment auprès des très jeunes, et des investissements massifs pour amener la culture à l'école avec dès 2017, des interventions d'artistes en CM1 et CM2. Une idée intéressante pour François Benhamou, économiste, professeur à l'Université Paris XIII, qui regrette cependant l'éparpillement et le manque de priorité dont le gouvernement a fait preuve en matière de culture depuis 2012.

Une chose est sûre: cette hausse de budget crée beaucoup d'espoirs et d'attentes, dans le secteur des arts visuels en particulier, particulièrement touché par les baisse de dotations ces dernier mois, et impacté notamment par la réforme des régions. Dans une tribune parue ce lundi, Catherine Texier, présidente du CIPAC interpelle l'Etat et demande un plan national pour les arts visuels , parent pauvre de la culture en matière de budget, mais aussi d'outils.

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Zoé Sfez
Zoé Sfez
Production