"Salafistes" de François Margolin et Lemine Ould Salem
"Salafistes" de François Margolin et Lemine Ould Salem - Margo cinéma
"Salafistes" de François Margolin et Lemine Ould Salem - Margo cinéma
"Salafistes" de François Margolin et Lemine Ould Salem - Margo cinéma
Publicité

Le documentaire qui donne la parole à des djihadistes et plusieurs idéologues salafistes dans différents endroits du monde pourrait être interdit aux moins de 18 ans lors de sa sortie en salles sur demande du ministère de l’Intérieur. Une mesure exceptionnelle.

Avec

Le documentaire « Salafistes » co-réalisé par François Margolin et Lemine Ould Salem est au cœur d’une vive polémique. Ce documentaire, que les deux réalisateurs préparent depuis 2012 s’intéresse à l’idéologie djihadiste en donnant la parole aux combattants ou idéologues salafistes qui prônent le djihad, des responsables d’Ansar Dine au Mali aux combattent de l’Etats Islamique. Il a été sélectionné au FIPA de Biarritz et devait sortir en salles mercredi prochain.

Mais la semaine dernière, alors que le film passait devant la commission de classification des films au Centre National de la Cinématographie pour obtenir son visa d’exploitation, le Ministère de l'Intérieur, par la voix de l’un de ses agents a demandé une interdiction du film aux moins de 18 ans, au motif qu’il ferait l’apologie du terrorisme et porterait atteinte à la dignité humaine.

Publicité

Les deux réalisateurs revendiquent en effet le parti pris de ne pas utiliser de voix off pour commenter ou contextualiser les images qu’ils montrent. Ils utilisent également plusieurs images de propagande de l’Etat islamique dont certaines relatives aux exécutions d’otages.

Polémique au FIPA

Diffusé lors du FIPA de Biarritz jeudi dernier dans des conditions très encadrées, le film a donné lieu à un débat extrêmement vif.

Les deux réalisateurs rejettent les deux accusations du ministère de l’Intérieur, et se sont dit prêts à couper certaines scènes au montage afin de proposer une nouvelle version au Ministère de la Culture. L’interdiction aux moins de 18 ans pour un documentaire reste en effet rarissime et n’est plus survenue depuis les années 60. Elle entraînerait surtout une distribution très restreinte en salles de « Salafistes » et l’impossibilité pour les chaines de télévision qui l’ont cop-produit (France 3 et Canal Plus) de le diffuser sur leurs écrans.

C’est maintenant Fleur Pellerin , Ministre de la Culture, qui doit se prononcer sur la classification du film. Sa décision est attendue pour mardi ou mercredi après un nouveau visionnage du film, ou de sa nouvelle version.

Avec François Margolin, co-réalisateur de « Salafistes », et François Sauvagnargues, délégué général du FIPA

L'équipe