Publicité
En savoir plus

Par Tiphaine de Rocquigny
Depuis la prise de Mossoul par l’Etat islamique et l’accélération des pillages en Syrie et en Irak, la pression n’a cessé de s’accentuer sur les trafiquants d’œuvres d’art… Le 12 février dernier, un signal fort est lancé : une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU interdit le commerce des antiquités dérobées en Syrie. De nouvelles mesures de surveillance sont également adoptées par l’Unesco, l’Icom ou encore Interpol. Mais elles se révèlent bien souvent insuffisantes, faute d’un arsenal législatif stricte dans les différents pays européens.

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Production
Thomas Beau
Réalisation