France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Le capitaine d'industrie français Vincent Bolloré était auditionné ce matin par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Le grand patron, qui a racheté Vivendi a repris en main le destin de Canal Plus de manière plutôt musclé. L'éviction de tous les chefs aussi bien à Canal Plus qu'à Itélé, la déprogrammation de plusieurs reportage d'actualité et le passage en crypté des Guignols de l'Info font craindre une ingérence éditoriale du patron du groupe. La SCAM et Reporters sans Frontières ont manifesté leur inquiétude.

Auditionné par le CSA, Vincent Bolloré a justifié ses choix et sa stratégie pour la chaîne et s'est engagé à mettre en place un groupe de travail « qui sera chargé d’examiner l’ensemble des conséquences que ces changements appellent quant à la régulation du groupe», tandis que «dans l'immédiat, outre la reconstitution élargie et pluraliste du comité d’éthique d’iTélé, M. Bolloré s’est engagé à créer un comité d’éthique auprès de Canal+».

Publicité

Mais le CSA peut-il vraiment garantir que l’indépendance éditoriale de la chaine sera préservée?

Avec Hervé Rony , directeur général de la SCAM, et Patrick Eveno , docteur en Histoire, spécialiste de l'Histoire des médias, professeur à Paris I et membre démissionnaire du comité d'éthique d'Itélé