Les 3 univers simulés par l'étude : en rouge un univers '"standard" avec énergie noire, en vert le même modèle sans énergie noire, en bleu au milieu le nouveau modèle hétérogène, sans énergie noire
Les 3 univers simulés par l'étude : en rouge un univers '"standard" avec énergie noire, en vert le même modèle sans énergie noire, en bleu au milieu le nouveau modèle hétérogène, sans énergie noire
Les 3 univers simulés par l'étude : en rouge un univers '"standard" avec énergie noire, en vert le même modèle sans énergie noire, en bleu au milieu le nouveau modèle hétérogène, sans énergie noire - Gabor Racz / Laszlo Dobos / Univ. Eötvös Lorand
Les 3 univers simulés par l'étude : en rouge un univers '"standard" avec énergie noire, en vert le même modèle sans énergie noire, en bleu au milieu le nouveau modèle hétérogène, sans énergie noire - Gabor Racz / Laszlo Dobos / Univ. Eötvös Lorand
Les 3 univers simulés par l'étude : en rouge un univers '"standard" avec énergie noire, en vert le même modèle sans énergie noire, en bleu au milieu le nouveau modèle hétérogène, sans énergie noire - Gabor Racz / Laszlo Dobos / Univ. Eötvös Lorand
Publicité
Résumé

L'énergie noire ne serait pas nécessaire pour expliquer l'expansion de l'univers : c'est ce qu'affirme une étude américano-hongroise. Depuis 20 ans, les astrophysiciens admettent théoriquement l'énergie noire mais ils ne l'ont jamais observée. Combien de temps tiendra le consensus tiendra-t-il ?

avec :

Alain Blanchard (Chercheur au laboratoire d'Astrophysique de Tarbes et de Toulouse), Laslzo Dobos (Astrophysiciens, enseignant-chercheur au Département de Physique des Systèmes Complexes de l'Université Eötvös Lorand de Budapest), Monsef Benkirane (Directeur de l'Institut de Génétique Humaine de Toulouse / Chercheur CNRS).

En savoir plus

Espoir contre le VIH : le ciblage des réservoirs du virus désormais possible

Pouvoir identifier les réservoirs où se "cache" le VIH avant de réapparaître plus tard : c'était un des grands enjeux de la recherche mondiale de ces 10 dernières années. L'Institut de Génétique Humaine de Toulouse (CNRS) en a trouvé le moyen, en découvrant une protéine particulière, CD32a, qui différencie à coup sûr les cellules infectées de celles qui sont saines. C'est une avancée tactique majeur contre le virus : elle va permettre une nouvelle stratégie d'élimination profonde et ciblée.

En bref

Publicité

Eruptions fréquentes sur Trappist : l'hypothèse d'une vie voisine affaiblie - La Russie participera finalement à l'ISS après 2024 - Station Spatiale : sortie reportée pour Thomas Pesquet, séjour prolongé pour Peggy Whitson - Après les dinosaures oiseaux et lézards, des dinosaures-crocodiles? - 20 000 ans sous terre : le premier poisson cavernicole d'Europe a été découvert - 9 Millions d'années : l'Amazone plus vieille que ce que l'on pensait - Enthomologie ou management ? Les bourdons "intelligents" ne sont pas plus productifs que les autres

Références

L'équipe

Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production