Comment limiter les effets du dérèglement climatique sur les insectes ?

Le dérèglement climatique au sens large va exacerber les effets déjà néfastes des pressions environnementales liées aux activités humaines
Le dérèglement climatique au sens large va exacerber les effets déjà néfastes des pressions environnementales liées aux activités humaines ©Getty - Catherine Falls Commercial
Le dérèglement climatique au sens large va exacerber les effets déjà néfastes des pressions environnementales liées aux activités humaines ©Getty - Catherine Falls Commercial
Le dérèglement climatique au sens large va exacerber les effets déjà néfastes des pressions environnementales liées aux activités humaines ©Getty - Catherine Falls Commercial
Publicité

Que ce soit à une échelle individuelle ou globale, le maître-mot semble être l'augmentation de la diversité végétale. Dans le reste de l'actualité scientifique, un bébé soigné avant sa naissance, des premières galaxies formées plus tôt que prévu et des inscriptions basques sur une main en bronze.

On estime qu’en Europe, dans les dernières décennies, la population d’insectes a chuté de 80%... Et le dérèglement climatique au sens large, exacerbe les effets déjà néfastes des pressions environnementales liées aux activités humaines… Alors, un consortium de 70 scientifiques s’est attelé à décrire la synergie de ces effets à partir de la littérature scientifique existante. Une partie d’entre eux est spécialiste en entomologie _ la science des insectes-, et une autre partie est spécialiste des sciences du changement climatique. Ils ont donc réalisé une étude en deux parties.

En premier lieu, une synthèse de tous les risques qu’encourent les insectes, par la hausse des températures, mais aussi par l’augmentation du nombre et de la violence des événements climatiques extrêmes comme les épisodes de sécheresse. Les chercheurs recensent ainsi différents effets, sur la physiologie ou le comportement. Mais l’effet majeur observé est la modification des interactions entre espèces. Par exemple, certaines espèces d'insectes qui se déplacent plus au nord pour fuir la hausse des températures n'y trouveront pas forcément les plantes sur lesquelles ils se nourrissent habituellement. Ils vont par contre se retrouver face aux espèces locales, ce qui modifie l'intégralité de la chaîne trophique, c'est-à-dire tout le réseau d’interaction entre les plantes, les insectes et leurs prédateurs comme les oiseaux ou les chauves-souris.

Publicité

Et dans la seconde partie, ces chercheurs développent des leviers d’action pour conserver ces populations. Que peut-on faire pour sauver les insectes, au niveau individuel mais aussi à une échelle plus globale ?

Entretien avec  Kevin Tougeron, chercheur postdoctoral au CNRS et à l’Université de Picardie-Jules Verne et auteur principal de l’étude.

📌 Un accès à des points d'eau ou des refuges humides.

📌 L'accès à des ressources, notamment florales.

📌 Augmenter la diversité végétale en ville. Simple non ?

LES MATINS DE CULTURE - 852 JDS Kevin TOUGERON

1 min

La science, CQFD
58 min

Un bébé soigné contre une maladie génétique rare avant sa naissance

C’est la première fois que l’on traite un foetus directement dans l’utérus pour la maladie de pompe infantile. Une maladie qui touche moins d’une naissance sur 100.000 et qui altère le fonctionnement de certaines enzymes responsables de la dégradation de glycogène en glucose. Mais si on ne peut pas le dégrader, comme c’est le cas dans cette maladie, le glycogène devient toxique… Bien qu'elle soit variable d’un patient à l’autre, mais cette maladie est la plus sévère lorsqu’elle est détectée tôt. Le dépistage très précoce de cette maladie génétique a ainsi permis d'intégrer cette femme enceinte dans un essai clinique…

L’enfant, Ayla, a reçu 6 traitements prénataux par un remplacement enzymatique c'est-à-dire qu'on a remplacé l’enzyme défectueuse par une enzyme fonctionnelle fabriquée en laboratoire. Résultat, l’enfant est née à terme, elle a maintenant seize mois et continue de suivre tous les traitements. Elle ne présente pas d’effets de sa maladie et répond à tous les critères de développement. Mais elle devra suivre ces traitements intraveineux toute sa vie… Les chercheurs espèrent maintenant utiliser certaines technologies d’édition de gène et de thérapie génique pour remplacer totalement le gène défectueux de cette maladie.

Les premières galaxies se sont formées plus tôt que prévu

On avait déjà discuté du fait qu’il fallait être prudent avec les découvertes du James Webb, car le télescope est encore en calibration/ Mais ici, il s’agit bien d’une publication, donc des résultats relus par les experts du domaine.

Ils concernent l’observation de deux galaxies du passé dans l’univers lointain, car plus on regarde loin, plus on a accès à des temps anciens. Les galaxies dont il est question ont donc existé environ 350 et 450 millions d’années après le Big Bang. Ce sont les plus anciennes galaxies connues et surtout, elles sont plus brillantes qu’attendu, ce qui signifie qu’elles étaient bien actives à ce moment-là, et que leur naissance remonte à plus loin encore… Les auteurs estiment ainsi leur formation à seulement 100 millions d’années après le Big Bang… Ce qui recule la fin de l’âge sombre, une période précédant la formation d’étoiles dans l’Univers, que l’on estimait, avec une grande imprécision à 400 millions d’années.

La science, CQFD
58 min

Le plus vieux texte en langue basque découvert sur une main en bronze

La découverte a eu lieu sur le site archéologique d’Irulegi, près de Pampelune. Une fine main en bronze de 14 cm datant de 2000 ans sur laquelle sont inscrits 40 caractères, cinq mots écrits en vascon, l’idiome ancêtre de la langue basque. Un seul mot - le premier- a pour l’instant été déchiffré, « sorioneku », qui signifie de bonne augure ou de bonne fortune. Cette main pourrait avoir été apposée sur la porte d’une maison pour la protéger du mauvais sort.

Jusqu’à présent, les historiens s’accordaient sur le fait que les Basques utilisaient cette langue couramment mais n'étaient pas capables de l’écrire, du moins pas avant le IVème siècle de notre ère. Les scientifiques de la société Aranzadi qui annonce cette découverte expliquent qu’il s’agit du document le plus ancien et le plus long écrit en vascon. La signification des quatre autres mots inscrits reste à découvrir...

Merci à Kévin Tougeron pour ses précieuses explications

Pour aller plus loin

L'étude sur les insectes (Ecological Monographs, en anglais)

Les scientifiques lancent l’alerte à propos de l’impact du dérèglement climatique sur les insectes (CNRS)

L’étude sur la première thérapie in utero (NEJM, en anglais)

Pour la première fois, un bébé est soigné pour une maladie génétique rare avant sa naissance (Futura Sciences)

L'étude sur les deux galaxies anciennes (The Astrophysical Journal, en anglais)

Le télescope James-Webb dévoile les premières galaxies de l’univers (Libé)

Le plus ancien texte écrit en langue basque découvert en Espagne (Le Figaro)

Le communiqué de la la société scientifique Aranzadi (Arandazi, en espagnol)

L'équipe