.
. ©Getty - Andriy Onufriyenko
. ©Getty - Andriy Onufriyenko
. ©Getty - Andriy Onufriyenko
Publicité

Une étude menée par l'Institut Pasteur évalue la sensibilité des variants aux anticorps du SARS-CoV-2 et autres actualités scientifiques.

On commence ce journal avec une étude parue dans la revue _Nature Medicin_e sur l’efficacité des anticorps du SARS-CoV-2 face aux variants.

La vaccination sera-t-elle efficace contre les variants du coronavirus ? C’est l’une des grandes questions de cette crise sanitaire. Pour y répondre, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont isolé le variant anglais B.1.1.7 et le variant sud-africain B.1.351. Ils ont observé la sensibilité de ces variants aux anticorps et ont comparé avec des patients infectés par le virus d’origine. Ils ont étudié les sérums de personnes vaccinées et de personnes contaminées par le virus d’origine. Concernant le variant anglais, l’étude montre que les anticorps produits, soit après infection par le SARS-CoV-2 soit après vaccination, sont efficaces à 95% sur le variant anglais. Le vaccin génère une réponse immunitaire efficace. Si le variant britannique est plus contagieux, il n’est pas plus résistant aux anticorps. En revanche, un bémol avec le variant sud-africain : les anticorps produits par une infection ou par la vaccination sont bien moins efficaces. Pour neutraliser ce dernier variant, il faut ainsi une concentration d'anticorps six fois plus élevée par rapport au virus d’origine. 

Publicité

CoVid-19 et vie culturelle : un concert-test à Barcelone

Dans le cadre d’une expérience clinique, un concert avec 5.000 personnes s’est déroulé samedi soir à Barcelone. Il s'agissait d'un concert test pour expérimenter la vie culturelle en temps de CoVid : pas de distanciation sociale mais une ventilation renforcée. Les 5.000 spectateurs, tous munis de masques, ont d’abord passé des tests antigéniques pour accéder à la salle de concert. Un résultat négatif validait automatiquement le billet. Les chercheurs en charge de ce projet vont maintenant suivre les participants pendant 14 jours afin d’observer les éventuelles contaminations.

L'édition 2021 du Sidaction 

Ce week-end s’est également tenu le Sidaction. La collecte s’est conclue hier soir avec une somme quasi record : avec une très forte participation, l’association a collecté près de 4,5 millions d’euros de promesses de don pour la lutte contre le sida.  

La foudre a joué un rôle majeur dans l’origine de la vie sur Terre

Selon une étude parue dans Nature Communications, la foudre a joué un rôle majeur dans l’origine de la vie sur Terre : un rôle tout aussi important que celui des météorites pour l’apport de phosphore prébiotique sur la Terre primitive. Le phosphore est l’un des ingrédients clé du vivant, et les phosphures, lorsqu’ils sont hydratés, permettent la synthèse de composés organiques tels que l’ADN. Des chercheurs américains ont analysé un échantillon de fulgurite, provoqué par la foudre en 2016. Ils ont été très surpris de découvrir de grandes quantités de phosphure de fer. Selon cette étude, les minéraux de phosphure auraient donc été apportés sur Terre par des pluies de météorites et par la foudre.   

La douleur des femmes est sous-estimée par rapport à celle des hommes

Pour conclure, une étude parue dans la revue The Journal of Pain indique que la douleur des femmes est sous-estimée par rapport à celle des hommes. D’après ce papier, l’estimation de la douleur est influencée par des stéréotypes de genre. Lors de deux expériences, près de 200 participants ont observé des vidéos de vrais patients et de patientes en train de souffrir de douleur chroniques. Ils devaient ensuite estimer l’intensité de leur souffrance. Même lorsque les hommes et les femmes expriment des niveaux de douleur physique similaires, les participants ont globalement considéré que la douleur des femmes est moins intense que celle des hommes. Le second volet de l’étude montre que les femmes sont également plus susceptibles d’être orientées vers une psychothérapie plutôt que vers des antalgiques. Voici une nouvelle étude qui montre l’existence de biais sexistes dans la considération de la douleur. 

L'équipe

Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Production