Les scientifiques ont utilisé une famille de polymères appelés les chitosan, à base d'extraits de champignons.
Les scientifiques ont utilisé une famille de polymères appelés les chitosan, à base d'extraits de champignons. ©Getty - SCIEPRO
Les scientifiques ont utilisé une famille de polymères appelés les chitosan, à base d'extraits de champignons. ©Getty - SCIEPRO
Les scientifiques ont utilisé une famille de polymères appelés les chitosan, à base d'extraits de champignons. ©Getty - SCIEPRO
Publicité

Au menu de ce journal des sciences, un contraceptif sans hormone testé chez la brebis, la variole du singe change de nom, le CBD est sans d’effet bénéfique en soins palliatifs, et les chauves-souris et les chanteur.ses de métal ont une technique de "chant" commune.

Des chercheurs testent un nouveau contraceptif sans hormones qui fortifie le mucus vaginal chez la brebis

Cela répond à une demande croissante de contraception sans effets secondaires notables et avec une bonne efficacité… ce qui n’existe pas encore. Les contraceptifs hormonaux - pilule, stérilet, implant- présentent des effets secondaires, et sont à porter ou à prendre tout le temps. D’un autre côté, les sans hormones, à porter sur l’instant, cape, diaphragme ou gel spermicide n’ont en pratique pas une très bonne efficacité. Citons le dernier, le préservatif, qui mal employé a aussi un fort taux d'échec.

Ces chercheurs ont donc voulu développé un gel qui crée une barrière au sein du mucus vaginal, qu’on appelle aussi glaire cervicale. C’est un processus qui existe physiologiquement, en dehors de la période d’ovulation. Mais sous l’effet des hormones, autour du 14ème jour du cycle menstruel, ce mucus s’hydrate et se relâche. Ici, pour maintenir cette barrière, les scientifiques ont utilisé une famille de polymères appelés les chitosan. Il s'agit d'un polymère c'est-à-dire d'une grande chaîne de molécules à base d'extraits de champignons.

Publicité

Dans un premier temps, les chercheurs ont développé ce gel à base de chitosan, d’abord in vitro, puis in vivo chez la brebis, avec le concours d’une équipe de recherche de l’INRAE. Ils ont déposé du gel dans le vagin des brebis et ont regardé le nombre de spermatozoïdes qui parvenaient à passer dans le col de l’utérus. Résultat, le gel a bloqué totalement la pénétration de spermatozoïdes chez 7 sur 8 brebis. C'est la première fois qu’on s’appuie sur ce mécanisme de fortification du mucus vaginal.

Entretien avec Thomas Crouzier, chercheur à l’Institut Royal de Technologie et l’institut Karolinska à Stockholm, confondateur de la start-up Cirqle Biomedical et auteur principal de l’étude.

LES MATINS DE CULTURE - JDS Thomas Crouzier

1 min

La science, CQFD
58 min

Le virus de la variole du singe est rebaptisé M-pox

Des voix s’étaient élevées dès le début de l’épidémie pour changer ce nom, et éviter toute stigmatisation raciste. L’OMS avait commencé à plancher dès cet été sur un nouveau nom qui soit utilisable dans un grand nombre de langues. Il s’agit donc de la contraction du nom anglais de la maladie, Monkeypox. L’ancien et le nouveau donc, M-pox, cohabiteront pendant un an pour ne pas semer de confusion, car l’épidémie décline certes, notamment en France, mais le risque de résurgence n’est pas écarté.

La Méthode scientifique
58 min

Une étude montre que le CBD, l’un des principaux composants du cannabis, n’a pas d’effet bénéfique en soins palliatifs

Les résultats d’essais cliniques ne sont pas toujours significatifs ni spectaculaires, mais restent tout de même des résultats.

Ce qu’on appelle CBD, c’est-à-dire le canna-bi-diol, un composé organique du cannabis qui aurait des vertus relaxantes et antidouleurs. C’est ce que ces chercheurs de l’Université du Queensland ont voulu tester ici. Pour cela, ils ont réalisé un essai clinique en double aveugle, ce qui signifie que ni le médecin ni le patient ne sait ce qu’on lui donne. Les 144 patients en soins palliatifs inclus dans cette étude étaient atteints d’un stade avancé de cancer. Chacun d’entre eux a reçu chaque jour soit de l’huile de CBD, soit un placebo.

Résultat : au bout de 28 jours, aucune différence entre les deux groupes. Le CBD n’a pas amélioré l’anxiété, les nausées, la fatigue, la qualité de vie ou la douleur des patients et patientes comparé aux soins palliatifs seuls. Les auteurs n’abandonnent pas ce projet pour autant ; ils vont mener un second essai, cette fois avec une combinaison de CBD et de THC, l’autre composant du cannabis, qui a lui des effets psychoactifs, pour déterminer si la présence de THC est nécessaire pour tirer un bénéfice du cannabis thérapeutique.

La Science, CQFD
57 min

Les chauves-souris et les chanteur.ses de métal ont un point commun : une technique de chant similaire

Dans le méta, c’est ce qu’on appelle le “growl”, une technique vocale pour obtenir un timbre de voix très guttural, en basse fréquence, tout en protégeant les cordes vocales. Il s’agit d’un positionnement du larynx, qui s’apprend, chez les chanteurs et chanteuses de métal, et ce positionnement existe aussi chez la chauve-souris.

Au départ, ces chercheurs de l’Université du Danemark du Sud ont voulu tester la capacité de ces animaux à produire des grandes gammes de fréquences. On les sait capables de cris très aigus, pour localiser leurs proies, mais ces scientifiques ont voulu savoir s’ils pouvaient aussi produire des sons graves.

Pour le tester, les chercheurs ont disséqué des larynx de chauves-souris. Ils les ont ensuite déposés sous un microscope, à côté d’un micro et d’une caméra, et ont fait passer de l’air dans le larynx pour mimer une chauve-souris qui vocalise. Résultat, ces animaux ont deux structures dans le larynx, l’une pour les aiguës, mais aussi une seconde pour les sons très graves. Ces chercheurs montrent que ces cris basse fréquence sont provoqués par une structure nommée “faux-plis”… qu’on appelle ainsi car ils ne sont jamais utilisés chez l’humain, excepté par les chanteurs et chanteuses de métal. Reste maintenant à explorer la fonction de ces cris basse fréquence chez la chauve-souris.

La Méthode scientifique
58 min

Merci à Thomas Crouzier pour ses préciseuses explications

Pour aller plus loin

L'étude sur le contraceptif sans hormone (Science Translational Medicine, en anglais)

« Variole du singe » : il est urgent de changer le nom du virus et de la maladie (Marc Gozlan, Le Monde)

Une étude met en doute l’usage du CBD dans le cadre de soins palliatifs (Trust My Science)

L’essai clinique sur le CBD (Journal of Clinical Oncology, en anglais)

Les chauves-souris et les chanteurs de death metal utilisent la même structure de gorge pour grogner (New Scientist, en anglais)

L’étude sur les chauves-souris (PLoS Biology, en anglais)

L'équipe