Cette première étude de sûreté montre un développement embryonnaire précoce normal.
Cette première étude de sûreté montre un développement embryonnaire précoce normal. ©Getty - Science Photo Library - ZEPHYR
Cette première étude de sûreté montre un développement embryonnaire précoce normal. ©Getty - Science Photo Library - ZEPHYR
Cette première étude de sûreté montre un développement embryonnaire précoce normal. ©Getty - Science Photo Library - ZEPHYR
Publicité

Six ans après la naissance du premier bébé à 3 ADN, une étude montre l'innocuité de cette technique sur le développement de l’embryon. Et dans le reste de l'actualité scientifique, l'Amazonie a franchi un point de non-retour, un décès de la variole du singe aux Etats-Unis et un Van Gogh ressuscité.

Un peu de génétique pour comprendre cette procédure. Un embryon se forme à partir d’un ovocyte et d’un spermatozoïde. Chacun porte de l’ADN dit nucléaire, qui provient du noyau. Mais l’ovocyte a une particularité, il porte un autre ADN, dans une petite structure appelée mitochondries. C’est la centrale énergétique de nos cellules. Cet ADN mitochondrial est donc porté par la mère. Mais peut-être à l’origine de certaines maladies lorsqu'il est endommagé, des maladies graves et sans traitement.

Pour remplacer cet ADN porteur de mutations, des mitochondries d’une donneuse ont été utilisées. C’est la technique dite de remplacement mitochondrial, qui aboutit donc à un embryon à 3 ADN, ceux des deux parents et celui d’une donneuse. Et quand elle a été utilisée en 2016 pour mettre au monde un enfant, la communauté scientifique s'est inquiétée du fait que la procédure n'avait pas été étudiée pour montrer qu'elle était sûre. Et c’est ce qu’ont fait des chercheurs chinois dans cette étude. Ils ont comparé des dizaines d'embryons humains ayant subi un transfert de mitochondries avec un groupe témoin d'embryons. Les deux groupes d'embryons ont pu se développer jusqu'à une semaine après la fécondation. Et il semble que cette technique n’affecte pas le développement embryonnaire précoce. Une première étape de l’évaluation de sûreté, peut-être initiatrice de nouvelles réglementations pour ces embryons à 3 ADN, autorisée pour l’instant dans très peu de pays.

Publicité

Alexandra Delbot s'entretient avec Julie Steffann, médecin à l’hôpital Necker-Enfant malades de l’APHP et professeure de génétique à l’université Paris cité.

58 min

Selon un rapport publié par des responsables indigènes, la forêt amazonienne aurait franchi un point de non-retour.

C’est ce que le GIEC appelle les points de bascule, des conditions au-delà desquelles des systèmes climatiques arriveraient dans un nouvel état, souvent irréversible. Une étude publiée la semaine dernière dans Science en listait 16.
16 seuils de rupture qui entraîneraient un emballement du climat et de ses conséquences. Parmi eux, la déforestation de la forêt amazonienne. D’après ce rapport, plus d'un quart de l’Amazonie serait actuellement détruite. 26% exactement. Or, des scientifiques avançaient déjà il y a quelques années que la déforestation au-delà de 20 à 25% constituerait un point de bascule. Et donc le point de non-retour aurait déjà été franchi. Si cette déforestation se poursuit au rythme actuel, le rapport souligne que l’Amazonie passera d'un climat de forêt tropicale humide à celui de savane, libérant au passage suffisamment d'émissions de carbone pour anéantir la stabilité de notre planète et limiter le réchauffement climatique.

58 min

Variole du singe : Un premier décès officiellement répertorié aux Etats-Unis et un taux de mortalité revu à la baisse

Un premier décès avait été enregistré fin août 2022 au Texas mais les autorités sanitaires ne sont pas parvenues à déterminer le rôle de la maladie dans la mort du patient, et donc à prouver le lien de causalité. Cette fois à Los Angeles, un nouveau - et donc premier - décès a été imputé à la variole du singe : il concerne un patient immunodéprimé.

Sur plus de 57 000 personnes dont l'infection par la variole du singe a été confirmée, au moins 22 sont décédées, soit un taux de mortalité d'environ 0,04 %. Plus faible que prévu. En Afrique de l’Ouest avec une souche semblable, le taux de mortalité se situe entre 1 et 3% au cours des décennies précédentes, probablement à cause de ressources plus limitées en tests et en surveillance de la maladie. En France, 3 833 cas sont confirmés mais aucun décès n’a pour l’instant été répertorié.

7 min

Un Van Gogh disparu recréé à partir de rayons X et d'intelligence artificielle

C’est un tableau représentant deux hommes, torse nu, en plein milieu d’un combat. Il a été dévoilé dans une foire d’art contemporain à Paris au début du mois de septembre. Un tableau jamais présenté au public et pour cause : il a été découvert il y a dix ans caché sous "Nature morte aux fleurs des champs et aux roses", une nature morte signée Vincent Van Gogh.

Au départ, des experts ont utilisé des rayons X pour s’assurer que Van Gogh était bien l’auteur de la nature morte, une méthode d'authentification classique. Et ils ont révélé sans le vouloir qu’une seconde peinture se cachait en dessous. On sait également que la nature morte a été peinte sur les deux lutteurs en 1886, quand Van Gogh étudiait à l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers. Et une lettre à son frère mentionne cette œuvre cachée.

Mais comment la reconstituer ? Les rayons X ne font pas de distinction et mélangent les deux tableaux. Des chercheurs londoniens ont donc utilisé une intelligence artificielle et des algorithmes entraînés sur d’autres œuvres du peintre pour reconstituer les couleurs et le tracé des contours. Et ils ont imprimé la toile en 3D. Cette réplique fait partie du projet "NeoMaster" et par souci d'honnêteté, l'œuvre n’a pas été signée Van Gogh mais Neo Van Gogh.

58 min

Merci à Julie Steffann pour ses précieuses explications

Pour aller plus loin

La forêt amazonienne a franchi le point de non-retour (Futura Sciences)

La variole du singe est-elle mortelle ? Ce que les scientifiques savent (Nature news, en anglais)

Un Van Gogh disparu recréé par des rayons X et l'intelligence artificielle (Sciences et Avenir)